Les Maîtres de Sagesse

Miracle
La Science de l'Être et le Miracle de la Vie CHAPITRE II _____________________________________________________________________________________________________________ Rencontre avec un Maître Nous les êtres humains, nous pensons que nous possédons suffisamment de connaissances et que nous maîtrisons parfaitement la...
La vie des Maîtres
Le livre « La Vie des Maîtres » est un ouvrage peu commun. Les vérités qui l’illustrent ne peuvent pas s’inventer. Ce récit incroyable amène immanquablement la conscience du lecteur  à se poser des questions sur...
Santé naturelle et nutrition
Il y à 20 ou 30 ans les adeptes des médecines douces et du bio étaient considérés comme des marginaux. Les salons des médecines douces et de l'alimentation naturelle étaient peu fréquentés. Il était possible...
Fête du Wesak
Signification de la fête du Wesak cliquez ici La question quand on est croyant est : qu’est-ce que Dieu attend de moi ? S’il pouvait me chuchoter à l’oreille quelles sont les recommandations qu’il me...

le Bouddhisme

Le Bouddhisme - Un moine en méditation

Le Bouddhisme est une philosophie d’une grande tolérance permettant aux pratiquants d’en respecter les fondements tout en préservant les croyances de leurs propres religions.

Bouddha révéla à ses disciples le fruit des découvertes de ses nombreuses expériences initiatiques.

Il renonça à tout désirs personnels et se détacha de tout bien matériel. Puis il s’infligea des souffrances corporelles comme les fakirs pour purifier son karma. Il compris que les excès comme la privation de toutes choses n’était pas la voie de la vérité.

 

«  J’ai enfin trouvé la voie, ce n’est ni celle des excès ni celle de la retraite dans un temple, c’est la voie du milieu ».    Bouddha, fondateur du Bouddhisme.

Sakyamuni vécut dans un palais jusqu’à l’âge de vingt ans. C’était un prince destiné à remplacer un jour son père et ainsi devenir le puissant héritier du royaume. Ses parents lui interdirent de franchir l’enceinte du palais évoquant qu’il n’y avait rien à y faire d’intéressant. Chaque année Sakyamuni sortait et faisait un grand tour du Palais en procession pour célébrer la fête nationale. Ses parents organisèrent méticuleusement toutes les rues autour du Palais de tel sorte qu’il y croiserait essentiellement un peuple composé de gens beaux, en bonne santé et souriant. Malheureusement pour ses parents la vision très pointu du jeune Prince remarqua au fond d’une ruelle durant un quart de seconde la silhouette d’une pauvre mendiante prostrée à même le sol.

De retour dans son palais la vision de cette pauvre femme le hanta. Il se demandait ce qu’il  y avait véritablement derrière les murs. Il sentait dans son cœur qu’on lui cachait la vérité. Le soir même il franchit l’enceinte du palais à l’insu des siens. En traversant un village il entendit des cris en provenance d’une maison. Il entra sans hésitation dans la demeure et vit une femme qui mettait un enfant au monde. Plus loin dans une ruelle il croisa un homme boitant et semblant souffrir de maux mystérieux. Plus loin il vit un vieillard déambulant péniblement aidé d’une canne. Dans la nuit il fut témoin d’une cérémonie funèbre. Un corps inerte étendu sur un lit de branchages au bord d’une rivière était offert aux flammes purificatrices.

Cette nuit là il découvrit les quatre aspects fondamentaux et inévitables de la vie d’un être humain sur terre : la naissance, la maladie, la vieillesse et la mort. Il s’assit près d’un arbre plusieurs fois centenaire et se demanda pourquoi les hommes devaient naître pour ensuite souffrir et mourir.  Il décida dés ce jour que sa destinée serait de découvrir les réponses à ces questions.

Il quitta sa famille. Ainsi, Sakyamuni, appelé également Gautama partit sur le chemin de la recherche de la vérité. Lorsqu’il la trouva on l’appela Siddhartha, le  Bouddha, l’être réalisé, l’être éveillé. Il parvint à la réalisation  suprême et comprit pourquoi l’homme vient sur terre. Lorsqu’il accéda à la vérité suprême il connut l’illumination. Il s’agit d’un état de béatitude et de félicité appelé Nirvana vécut par celui qui a réussi à aligner toutes ses énergies et se placer en harmonie parfaite  avec l’univers et tout ce qu’il contient.

Enseignements de Bouddha  ;

1 – La loi de causalité et de rétribution :

Chaque action entraîne une réaction, c’est la causalité. Chaque expérience vécu sur terre est une rétribution qui est donné selon cette loi de causalité. Si vous plantez une graine dans la terre la rétribution sera un arbre. Sur le plan de la Créativité Supérieure vous êtes responsable de la naissance de cet arbre.  Si cet arbre est en harmonie avec ce qui l’entoure, si sa fonction est bénéfique et qu’elle ne nuit pas à l’environnement alors vous avez planté une bonne cause. La rétribution vous garantit de bénéficier un jour des conséquences de votre action bienfaisante. C’est bien plus subtil qu’un simple remerciement de la vie suivi d’une récompense. C’est une loi immuable qui gouverne la vie depuis son commencement.

Elle est régit par une autre loi, celle de la polarité. Les pensées de même nature s’attirent. Les êtres qui développent des pensées de nature a élevé le niveau de tout ce qui les entourent se retrouvent dans des lieux entourés de gens où il y a des miracles à accomplir.  Sachant que la loi de causalité influe sur la destinée, vous pouvez comprendre qu’il suffit de s ‘appliquer à créer des causes positives dès le présent pour en récolter les fruits pour le futur. Bien sûr les questions venant à l’esprit sont : qu’est-ce qu’une cause positive ? Y a-t-il une différence dans la rétribution lorsque une action discordante est intentionnellement provoquée ?

Selon la philosophie bouddhique, curieusement, il n’y a pas de différence.  Si vous roulez sur une route de campagne en provoquant une collision avec un animal, que vous ayez foncés dessus sciemment ou que ce soit un accident, sur le plan non manifesté, vous êtes responsable de la même façon.  Pour les humains cela peut paraître difficile à accepter car l’être humain juge la valeur de toutes choses avec ses émotions. Sur le plan de la loi universelle vous êtes responsable de chacun de vos actes.  Si vous avez provoqué un accident c’est qu’à l’origine vous avez vécu des événements et planté des causes qui vous ont amené à vivre cette expérience dont vous devez subir les conséquences à tous les degrés de la Créativité. Il existe dans l’hindouisme une discipline qui est appelé le Raja Yoga (Yoga de la connaissance) qui apporte à l’être humain la consécration et la réalisation de la forme et de l’esprit en tentant de se connecter à la source de toutes les vérités. Lorsque la Vérité est acquise l’âme vit dans un état d’éveil et de perfection où les erreurs ne sont plus possibles. Les êtres humains ayant atteint ce stades sont des Maîtres de la pensée juste.

L’être humain dont les pensées, les paroles et les actions sont justes, est en harmonie avec tous ce qui l’entoure. Il ne peut pas se retrouver dans une situation où il est susceptible de mettre une vie en péril ou de créer une distorsion dans la matière. Cette façon de voir les choses dans l’esprit des occidentaux peut paraître ridicule, néanmoins, il suffit d’y réfléchir quelque peu pour s’apercevoir que cela appelle une conscience en nous qui quelque part sait de quoi il s’agit.

Il existe une autre forme de yoga (Bakti-Yoga, yoga de la dévotion) qui consiste à ne vivre que pour l’esprit du sacrifice.  Il faut penser à chaque instant à ce qui pourrait être utile aux autres. Selon le Bakti-Yoga en se dévouant sincèrement aux autres, nous purifions naturellement notre karma et participons au processus de purification de la planète.

Il y a le Karma-yoga (Le yoga de l’action), qui consiste à être toujours dans le mouvement. L’univers est en mouvement constant.  Selon cette pratique, il faut être dans le sens du cheminement des étoiles pour trouver la réalité, la paix et la sagesse. L’expression ; “être pourvu de bon sens”, donne une aura supplémentaire et surprenante à cette métaphore.

2 – La voie du juste milieu :

Alors qu’il était pensif, contemplant les eaux d’une rivière assis près d’un figuier, il vit un insecte dans une situation très délicate. Il s’était pris au piège sur une feuille flottant sur les eaux de cette rivière. Le petit insecte sur sa feuille, subissait les remous des écumes qui tantôt risquait de le fracasser d’un côté de la berge, tantôt de l’autre. Il s’aperçut que le seul endroit où l’animal était en sûreté était le centre de la rivière. C’est ainsi qu’il découvrit la voie du milieu.

Les enseignements du maître aux disciples durant les siècles qui suivirent donnèrent naissances à la ramification de l’enseignement initial qui était transmis et perçu de différentes façons selon la culture ainsi que le degré de pureté et de compréhension des disciples.  Dans le bouddhisme orthodoxe de Nichiren Dashonin, il est dit dans une prière que l’enseignement de bouddha fut transmis par les patriarches aux autres patriarches, telle l’eau versée d’un récipient vers un autre. Seulement, si vous versez de l’eau de n’importe quel récipient vers un autre il est impossible que l’intégralité du liquide se déverse dans l’autre récipient puisqu’il restera au moins quelques gouttes.  Ce sont celles-ci qui les unes après les autres, au fil des siècles, ont transformé l’enseignement initial du maître en une multitude d’écoles.

Les deux principales étant la doctrine primitive, ou Theravada, dite encore Hinayana ou «Petit Véhicule», et le Mahayana ou «Grand Véhicule. Les différentes écoles déferlèrent dans toute l’Asie et jusqu’au japon.

Bouddha comprit que l’homme est relié au cosmos et à la terre par des liens subtils et invisibles. Il ferma les yeux et par l’exercice de la méditation  il contempla la nature intérieure qui résidait en lui. Il enseigna que chacun sur terre a pour mission, de faire jaillir l’état de bouddha qui vit en lui. L’être humain est habité par d’autres états qu’il faut vaincre et maîtriser. Selon Bouddha, seule la pratique de la méditation permet de reprendre contact avec la véritable nature de l’homme. Dans les temples sa statue en posture du lotus honore sa mémoire et sa sagesse. Contrairement à certaines religions qui font des statues un objet d’adoration la statue de Bouddha est un objet de culte et de respect pour mémoriser et honorer le travail immense parcouru par une simple être humain sur terre. Bouddha ne se considère nullement pour un Dieu et il ne demande pas qu’on l’adore. Son but est que chaque être humain parvienne à son chemin de Lumière.

La position du lotus est une clé dans le Yoga (Yoga : unir et atteler le corps et l’esprit) où le corps est parfaitement assis le dos bien droit afin d’aligner les sept centres ou chakras (de haut en bas Brahmarandra, Ajna, Vishudha, Anahâta, Manipura, Swadistana, Mulhadara).

Chacun de ces sept centres est relié avec l’une des sept planètes majeures du système solaire. Chaque jour, un astre influe de façon déterminante sur votre destinée à moins d’en prendre le contrôle. Les propriétés des autres planètes restent à élucider.

Avant qu’il ne parvienne au Nirvana, bouddha vécut des expériences éprouvantes. Il rencontra toutes sortes d’ascètes à la recherche eux aussi de la Vérité. Certains sont convaincus que la souffrance provient des désirs, alors il suffit de les annihiler pour que cesse la souffrance.  C’est ainsi qu’il passa des années dans des temples, ashrams et  monastères pour tenter de détruire les désirs qui vivaient en lui. Il sentit que ce n’était pas son cheminement et reprit sa route. Il rencontra d’autres disciples, des yogis et des fakirs. Ceux-là, pensent que nous devons endurer une certaine quantité de souffrance dans cette vie et les autres afin de ne plus revenir sur terre et être assujettie à la roue du Samsara, la réincarnation. Ils s’infligent donc des souffrances et des sévices corporels qui dépassent l’entendement.

Le Bouddhisme orthodoxe de Nichiren Dashonin est une philosophie largement répandu en Europe. Son président Dasiku Ikeda prône la pratique quotidienne du sutra du lotus devant le DaÎ Gonzon. Un des buts avoué par les pratiquants est de transmettre cette philosophie au plus grands nombres d’individus possibles. Les bouddhistes orthodoxes pratiquent Shakubuku, c’est à dire qu’ils énonce aux sympathisants non pratiquants les vertus bienfaisantes acquises grâce à la pratique assidue du Bouddhisme. En réalité il est inutile de tenter de mettre sur la voie de l’ascétisme tous les individus que l’on rencontre. Le jour où une âme est prête pour un travail spirituel elle débute par elle-même. Le Bouddhisme orthodoxe pratiqué en Europe n’est qu’une infime ramification du Bouddhisme tel qu’il a été conçu par Bouddha.

Le Bouddhisme est une voie pour atteindre un but. Il existe de nombreuses autres voies.

Liens vers des sites sur le Bouddhisme :

Institut d’Etudes Bouddhiques

Miracle
Miracle
La Science de l'Être et le Miracle de la Vie CHAPITRE II _____________________________________________________________________________________________________________ Rencontre avec un Maître Nous les êtres humains, nous pensons que nous...
Lire la suite
Shamballa.fr
Shamballa.fr
Shamballa.fr rend hommage aux Maîtres qui ont jalonné l’histoire et ont œuvré pour l’élaboration d’un monde inspiré par la sagesse, l’amour et la justice. Shamballa.fr...
Lire la suite
sagesse
sagesse
 "Si tu parviens à ne point juger sept jours durant ton âme est sauvée." Sédir, Le Royaume de Dieu.  La quête de Sédir parait difficile....
Lire la suite
Le désert
Le désert
Bien qu’il avait tout pour être heureux un homme s’ennuyait dans sa vie. Il était riche. Il avait une femme et des enfants. C’était un...
Lire la suite
le yogi
le yogi
Le Yogi Dans une contrée lointaine vivait un Maître. Il était aimé de tous tellement sa bienveillance était grande et ses bienfaits envers les paysans...
Lire la suite
Virtuescope
Virtuescope
      Fais tourner chaque jour la roue et regarde la magie des valeurs: une qualité sur laquelle se pose ta pensée met de...
Lire la suite
extrait de “La vie Divine” Shri Aurobindo
extrait de “La vie Divine” Shri Aurobindo
Shri Aurobindo Si nous affirmons seulement un pur Esprit et une substance ou énergie mécanique et inintelligente, appelant l'un Dieu ou Âme, et l'autre Nature,...
Lire la suite
étapes de la méditation 
étapes de la méditation 
étapes de la méditation  Il existe plusieurs façons d’appréhender la méditation. Le dénominateur commun à toutes les pratiques méditatives est la sérénité. Tout préambule à...
Lire la suite
Bien-Être
Bien-Être
Il y à 20 ou 30 ans les adeptes des médecines douces et du bio étaient considérés comme des marginaux. Les salons des médecines douces...
Lire la suite

Pensées de Shamballa

Pensées : “Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle, nous sommes des âmes

spirituelles et éternelles vivant une expérience humaine.”  Teilhard De Chardin

 

 

Il y a quelqu’un là-haut?

Un fumeur atteint de maux sérieux demanda à Dieu de le guérir. Plus tard celui-ci se saisit de son paquet de cigarette et celui-ci lui échappa des mains et tomba à terre. Il le ramassa et en se redressant se cogna la tête durement.

Un homme prit son auto afin de se rendre à un rendez-vous. Il devait y retrouver des complices qui l’attendait pour faire préparer un méfait. Cet homme n’était pas joyeux de ce choix car il vivait à contre cœur de ses fréquentations et de ses mœurs. Curieusement son parcours fut parsemé d’obstacles inhabituels, accident de la route, des travaux d’urgences, un camion bloquant la voie durant de longues minutes. Et comme il partit de chez lui en retard il en oublia son téléphone. Quand il arriva au lieu de rendez-vous ses comparses étaient partis. Il apprit plus tard qu’ils furent tous arrêtés.

Il y a une interaction entre l’être humain et la création. On peut appeler cela Dieu ou la synchronicité. Il s’agit d’événements qui arrivent à point nommés pour aider une âme à résoudre une situation. Pour les néophytes il s’agit de simples hasards. Pour les initiés il s’agit de symboles provenant du monde multidimensionnel en affinité avec les formes de vies interconnectés à la conscience cosmique. Les plans supérieurs de la création interagissent dans le monde physique en plaçant des symboles tout au long du cheminement d’une âme afin de l’aider à résoudre les énigmes de sa vie.

Pourquoi cette aide ne résout pas directement le problème ?  La raison est le libre arbitre. Chaque âme doit trouver son chemin et résoudre ses problèmes par elle-même. C’est un principe existentiel fondamental. Pour acquérir une qualité il est nécessaire d’en expérimenter les propriétés. Si un professeur donne 20/20 à un élève qui n’a pas fait son travail correctement il ne l’aide pas car il l’envoi dans un niveau supérieur d’apprentissage ou ses compétences ne seront pas suffisantes pour progresser, augmentant ainsi le sentiment d’échec.

Pourquoi doit on progresser ? L’évolution est le dénominateur commun à toutes les formes de vies présentes sur terre. Le corps humain est constitué d’un système énergétique. Plus une âme acquiert de l’expérience plus son système énergétique devient puissant. Plus elle accède à des réalités suprêmes et plus elle atteint des niveaux existentiels élevés. Pour exister dans cette dimension supérieure l’âme doit posséder un corps énergétique capable de résister à de très hauts voltages. Voilà pourquoi la lumière et la vérité n’est accessible qu’aux âmes vertueuses car l’acquisition de cette force d’éveil n’est possible qu’en cultivant les valeurs les plus hautes et les plus nobles de l’existence !

La vie n’est elle pas une merveille d’intelligence et d’inventivité ?

Pour comprendre le bien et le mal il faut appliquer ceci ; Tout ce qui est de l’ordre du bien provient de la Vie, de l’univers et de la nature.

Tout ce qui est de l’ordre du mal provient de l’ignorance générée par la cupidité humaine !

Alors vous quel camp choisissez-vous ?             ” Extrait de “La Science de l’Être et le Miracle de la Vie.” 

 

*     *     *     *     *

 

Le matin votre réveil est pareil à une naissance. C’est une aube nouvelle qui commence, une chance d’effacer les imperfections de la veille et d’écrire une page nouvelle. Cette histoire est droit devant. Prenez la barre de votre vaisseau et soyez le capitaine qui décide du cap et qui le maintient. Visualisez un point à l’horizon et ne le quittez plus. Le capitaine ne se laisse pas subjugué par le doute ou par la tempête. Votre vie est pareil à l’univers, grande et novatrice. Votre destinée est pareil à l’océan, toute les destinations sont possibles. C’est vous qui choisissez. Quand vous regardez un ciel étoilé vous constatez qu’il n’est pas une image figée. L’univers se transforme à chaque seconde. Il est peuplé d’innombrables vies et d’intelligences.

Dès les premières secondes de votre journée au matin nourrissez-vous de ces vérités quelques instants. Visualisez la terre au centre de l’univers. La terre est infime dans cet espace infini pourtant elle abrite une humanité capable de paix, d’intelligence et d’amour. La terre est immense. Elle est l’endroit idéal pour l’épanouissement. Quand un être humain est placé dans des bonnes conditions l’âme se pacifie. La vertu est la propriété première d’un être humain. Placez-vous dans des bonnes conditions. Placez-vous dans un état d’esprit créateur de sentiments nobles et beaux.

Dès lors votre rapport au monde change, votre rapport aux autres changent, le perception de votre entourage change. Dés lors votre mode de communication change. Comme par miracle le rapport de votre entourage envers vous change aussi. Dès lors vous êtes capables d’effacer de votre esprit ce qui ne vous convient pas et de le remplacer par de nouvelles habitudes fastes. Vous retrouvez ainsi votre liberté et vos qualités. Soyez pareil à l’univers et à la terre, grand. Regardez les autres avec amour. Visualisez l’avenir comme un rayon lumineux. Ce rayon lumineux c’est vous, l’âme éternelle, car vous êtes une âme éternelle avant d’être humain. Soyez aussi grand que votre Âme ! Un jour prochain vous serez heureux de comprendre que la mort n’existe pas, si vous ne le savez pas déjà ! Nous quittons juste un vêtement pour en revêtir un autre, exactement comme un arbre en automne, puis vient le printemps et la vie redémarre. Allez dans le monde en paix et transmettez cette paix autour de vous. Soyez inspiré par la volonté du bien et de la joie de vivre éternelle..Votre vie est “droit devant” !   ” Extrait de “La Science de l’Être et le Miracle de la Vie.” 

 

“Oui, nous vivons dans un univers où des choses merveilleuses se produisent. Non seulement la vie s’est épanouie, mais elle a fait naître la musique de Mozart et la poésie de Verlaine.” Hubert Reeves 

” L’homme est fou. Il adore un Dieu invisible et détruit une nature visible, inconscient que la nature qu’il détruit est le Dieu qu’il vénère.”  Hubert Reeves  

 

« Quelqu’un se plaint : « Je cherche la lumière, je prie tous les jours, mais Dieu ne m’entend pas. Je ne rencontre que des difficultés, je suis malheureux, malade, je ne trouve plus aucun sens à ma vie. » Mais à qui la faute ? S’il se débat parmi tant de difficultés, c’est qu’il les a attirées. Il dira : « Attirées ?… Mais comment ? Ce n’est pas ce que j’avais demandé. – Si, car tout en demandant vous avez négligé certaines lois. – Ah ? Je ne savais pas. » Peut-être, mais qu’il le sache ou non, il a transgressé des lois et maintenant il en subit les conséquences. L’ignorance n’est jamais une excuse. Si vous ne respectez pas le code de la route, la gendarmerie arrive pour vous mettre une contravention, et il est inutile de dire : « Mais, monsieur l’agent, je ne savais pas que… », il continue tranquillement à écrire la contravention, il ne veut pas entendre si vous saviez ou non ; pour lui, vous deviez savoir.
C’est donc à vous de mieux accorder votre conduite à vos aspirations spirituelles. Vous n’aurez plus l’excuse de ne pas savoir ; si vous êtes négligent, vous serez doublement coupable et vous souffrirez. »  
Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

11 août 2017 – Commentaire sur la pensée du jour de Mikhaël Aïvanhov :

Parfois en lisant un Maître de la pensée on peut croire qu’il réside de la rudesse et de la froideur dans les propos. Il n’en est rien. Un Maître est un professeur de vie. Un Maître est un expert qui connait les lois de la nature et de l’univers. Il sait pourquoi l’être-humain peut se retrouver dans des situations difficiles. Souvent c’est parce qu’il y a eu négligence de plusieurs façons. Bien entendu quand un Maître diffuse une pensée à la multitude il ne s’adresse pas particulièrement aux âmes affligées par des maladies ou la misère provoquée par la pauvreté et les guerres. Ceci est un autre sujet et fait l’objet de réflexions spécifiques.Un Maître ayant consacré sa vie à améliorer la condition humaine ne pense pas que des gens sont pauvres ou malades car ils n’auraient pas respecté les lois de la vie ou parce qu’ils sont ignorants. Il y a dans la vie ce que nous humains considérons comme des injustices et qui est simplement la réalité de la vie. Cette réalité de la vie n’est pas parfaite. Certes il y a une forme de cruauté dans la vie de la même façon qu’il y a aussi beaucoup de beauté. Il y a des milliers de façon de découvrir la beauté de la nature. Dans cette même nature il y a aussi des proies qui se font dévorées par des animaux sauvages. Cela s’appelle l’évolution. Chaque forme de vie existe selon des lois naturelles qui se sont mises en place durant des centaines de milliers d’années. La precieuseté de l’existence est d’avoir conscience que l’harmonie et l’équilibre sont des bienfaits comme des joyaux infinis. Voilà pourquoi il faut entretenir le bien-être et le maintenir en soi de toutes les manières possibles. Le bien-être est une force et un don de la vie. Voilà pourquoi un Maître comme Mikhaël Aïvanhov nous invite avec ses mots et ses métaphores à respecter les lois de la vie, toujours dans l’esprit du bien pour tous. Quelle est le meilleur moyen de parvenir à cet équilibre ? En commençant par changer certaines habitudes de vies dont on sait qu’elles sont nuisibles par des attitudes bienfaisantes. Il y à un rapport de cause à effet entre l’être humain et l’univers, entre l’être humain et son univers intérieur. L’univers intérieur de l’être humain possède aussi ses lois qu’il convient de respecter. C’est cela le propos de Mikhaël Aïvanhov. Ses intentions sont humaines et nobles.

Le Soleil est la clé
Le Soleil est la clé
La vérité est dans le Soleil. Le Soleil est vivant. Le Soleil est une entité. Les astres sont des entités. Le Maître communique avec les...
Lire la suite
Initiation
Initiation
Jadis les sciences initiatiques étaient sacrées et hors de portée des profanes. Pour obtenir une initiation il était nécessaire d’appartenir à un groupe relié à...
Lire la suite
Signification de Shamballa
Signification de Shamballa
Signification de Shamballa Shamballa, haut-lieu mystique relié aux Maîtres de Sagesse, se situe sur une fréquence vibratoire non visible à l’œil nu. Ce lieu est...
Lire la suite
Le chemin de Lumière
Le chemin de Lumière
Le chemin de Lumière Pourquoi les Maîtres de Sagesse font-ils un acte aussi immense que celui qui consiste à revenir sur terre pour servir les...
Lire la suite
Un état d’esprit
Un état d’esprit
Shamballa, un état d’esprit Shamballa est aussi un état d’esprit, une posture intérieure permettant d’atteindre des qualités supérieures par un travail spirituel. Il s’agit d’un...
Lire la suite
L’humanité est Amour
L’humanité est Amour
L’humanité est Amour Dans les articles précédents il est expliqué que les êtres humains naissent avec le libre arbitre et aussi que des Maîtres de...
Lire la suite
La Hiérarchie planétaire – Les enseignements d’Alice A. Bailey et d’Héléna Blavatsky
La Hiérarchie planétaire – Les enseignements d’Alice A. Bailey et d’Héléna Blavatsky
Les enseignements d’Alice A. Bailey et d’Héléna Blavatsky Quiconque s’est tant soit peu intéressé à l’ésotérisme a entendu parler des Maîtres de sagesse, de la...
Lire la suite
Lotus
Lotus
Lotus Le premier acte de la création fût la multiplication cellulaire. La propriété première d’un être humain est la transformation. Aussi loin que vous êtes...
Lire la suite

Shamballa

Signification de Shamballa

 

Shamballa, haut-lieu mystique relié aux Maîtres de Sagesse, se situe sur une fréquence vibratoire non visible à l’œil nu. Ce lieu est un plan d’existence d’où la matière telle qu’elle est connue n’est pas perceptible par les sens ordinaires. Son existence n’a pas été découverte par la science actuelle cependant de nombreuses écoles ésotériques considèrent que Shamballa existe bien. Au sein de la congrégation de mystiques de par le monde les avis divergent. Certains pensent que Shamballa est non manifestée physiquement tandis que d’autres pensent que Shamballa Céleste possède sa contrepartie terrestre dans le plan éthérique. Shamballa se situerait aux confins de l’Extrême-Orient, dans le plateau himalayen.

Quant à la science elle rejette ce qui n’est pas accessible à son raisonnement. Elle estime que ces préoccupations ne sont pas sérieuses et appartiennent à un univers d’esprits illuminés, passionné de mythologie et attaché à un monde imaginaire. La science ne possède pas la vérité. Pour comprendre le monde spirituel il est nécessaire de posséder un esprit ouvert. Il convient de consacrer le temps nécessaire à l’étude de réalités immatérielles et accorder à cet univers la possibilité de son existence. Ce travail objectif n’est pas réalisé par la science. Elle ne peut pas donner un avis pertinent sur les questions d’ordres spirituelles, pour l’époque actuelle.

Un autre écueil est que la science travaille essentiellement avec la technologie et souvent en concurrences avec d’autres groupes scientifiques ayant un état d’esprit et une méthodologie identique or le seul outil capable de percer les mystères occultes est l’esprit humain. Pourquoi la science n’a pas trouvé Shamballa ?  La science ne s’intéresse pas à l’occultisme. Elle considère que son rôle n’est pas d’éluder des mystères mais de vérifier des mécanismes tangibles, observables et vérifiables avec les outils de la science. La science est cependant utile et extraordinaire quand elle oriente ses recherches pour servir de nobles causes et quand elle participe intelligemment au progrès.

 

Le Soleil est la clé

 

La vérité est dans le Soleil. Le Soleil est vivant. Le Soleil est une entité. Les astres sont des entités. Le Maître communique avec les astres. Il fait face à la lumière Solaire et la Lumière Cosmique. L’aspirant tourne le dos à la Lumière. Le Maître faisant face à l’aspirant lui renvoi naturellement sa Lumière. L’aspirant fait enfin face à la Lumière. L’aspirant faisant face à la Lumière la renvoi naturellement aux humains dans son proche rayon.

Les humains progressent de rayon en rayon jusqu’à atteindre le centre du Soleil. Lorsqu’un humain atteint le Soleil il devient aspirant. Quand un aspirant parvient à se maintenir à volonté dans le centre du Soleil il devient un Maître. Lorsqu’un tel humain a atteint ce stade il est dispensé de la réincarnation. Il peut choisir de revenir sur terre pour servir et aidé l’humanité à progresser. C’est cela un Maître de Sagesse.

La plupart des Maîtres de Sagesse restent cependant éloigné des activités humaines car leur niveau d’énergie est tel qu’ils préfèrent ne pas interférer. Le libre arbitre étant le fondement même de la création.

Ce lieu habité par des âmes qui maîtrisent les cinq règnes de la nature est situé sur terre dans un plan éthérique. Ce lieu est appelé Shamballa. Pourquoi une âme ayant atteint le Soleil est-elle affranchie de la réincarnation ? Parce que la réincarnation est étroitement liée aux influences célestes. Ces influences célestes sont régies par le Soleil.

Dans chaque signe du zodiaque il y a des aspects positifs et négatifs. Comme une plaque négative d’un appareil médical exposée au rayonnement x durant quelques secondes des aspects de la personnalité sont imprimés dans le tissu métaphysique profond des êtres humains à la naissance par un rayonnement cosmique qui selon la disposition des astres dans les cieux exercera des influences spécifiques au cours du développement.

L’expérience de la vie sur terre est en réalité une formation permettant à l’âme de se construire un circuit énergétique puissant au sein de la matière afin de lui permettre un jour d’atteindre le Soleil et de résister aux puissants voltages des mondes éthériques parcourant l’univers. Quand l’âme atteint le centre du Soleil elle n’est plus sous l’influence des douze signes du zodiaque. Elle survole son thème astral et choisi son destin. Dès ce moment les pensées deviennent justes et l’action produit la création. C’est dans cette dimension que le Maître Jésus est capable de guérir des êtres humains atteints de maux incurables. C’est dans cette dimension que le Maître Bouddha a atteint l’illumination.

 

Le Chemin de Lumière

Pourquoi les Maîtres de Sagesse font-ils un acte aussi immense que celui qui consiste à revenir sur terre pour servir les hommes plutôt que de progresser vers des niveaux supérieurs d’existences ? Ces êtres humains vivent dans une conscience libérée de la dualité et dans un amour parfait comme les enfants. Quand la conscience dépasse l’individualité il y a un sentiment merveilleux qui jaillit. Cela s’appelle « l’Amour universel ». Celui qui vit au diapason de l’Amour universel se sent concerné par le sort de tout ce qui l’entoure. Jésus ressentait un amour profond pour tous les êtres-humains.

Il s’agit d’un amour qui englobe toute la création. Un enfant porte une grande considération à tout ce qui touche aux œuvres de son père. C’est un sentiment difficilement concevable. Jésus a pris le fardeau de nombreuses âmes et il les a guéris. Pour Jésus chaque être humain est son frère. C’est cela un Maître de Sagesse. Jésus fût l’un des premiers d’entre eux. Pourquoi Jésus possède-t-il cette prédisposition au bien ? Parce que son cœur est pur. Un cœur pur est capable d’entendre la vibration de la vie et de comprendre le sens de la création. Un cœur pur est capable de comprendre le dessein du Créateur. Dès lors il agit en affinité avec ce vaste projet et cette cause première. Pourquoi un cœur pur est-il capable d’atteindre la vibration du Créateur ?

En vérité tous les humains ont la capacité de faire de même. Le seul prérequis est l’Unité. Pour vivre dans l’Unité il est nécessaire de sortir des dogmes, des idéologies et des préjugés. C’est cela l’obstacle colossal que l’humain doit franchir. Cette vérité est d’essence subtile. L’esprit doit être calme et apaisé pour atteindre et comprendre cette réalité. Voilà pourquoi des moines, des prêtres, des mystiques, des yogis ou de simples êtres humains d’origine variés et diverses pratiquent la méditation. Ils ont compris que cette discipline est l’un des meilleurs moyens d’atteindre leur réalité, ou leur Créateur.

 

L’humanité est Amour

Dans les articles précédents il est expliqué que les êtres humains naissent avec le libre arbitre et aussi que des Maîtres de Sagesse interviennent pour aider les humains.

Le concept du libre arbitre existe. L’évolution a prévu qu’une âme peut être aidée quand des conditions sont réunies. En réalité toutes les âmes sont aidés. Cela s’appelle la miséricorde. Il s’agit d’un don naturelle du ciel envers l’humanité.

L’humanité est emprunt d’un statut d’honneur très apprécié en Haut Lieu. D’autres peuplades dans l’univers ne fonctionnent pas selon cette échelle de valeurs. Ce qui ne les empêche pas d’évoluer bien sûr.

La particularité d’un être humain est que quel que soit son degré de spiritualité il est capable de don de soi et d’altruisme et de rayonner et partager de l’amour. L’être humain est une créature d’amour.

Une autre disposition de la création permet aux humains d’obtenir de l’aide des plans supérieurs. Se croire seul est un concept d’ignorance profonde. Une âme n’est jamais seule.

Tout au long de sa vie elle obtient des aides même si le sentiment de solitude est bien réel.

 

 

 

 

Littérature Shamballa

La Société Théosophique (2) fût fondée par Helena Petrovna Blavatsky en 1875, à New York. H.P Blavatsky dans son livre majeur, la doctrine secrète évoque l’Atlantide, une civilisation ayant atteint un degré d’évolution supérieur à la civilisation actuelle. Selon ce récit les atlantes avaient réussi à canaliser l’énergie contenue dans l’univers afin de la domestiquer. Ils étaient capables de voyager dans l’espace à une vitesse supérieure à celle de la lumière. Les atlantes étaient connectés à Shamballa d’où ils reçurent leurs initiations et leur créativité. Pour une grande partie du monde scientifique ces histoires sont essentiellement des mythes et des légendes.

Pourtant dès le début du 20ème siècle quelques-uns d’entre eux curieux et désireux de repousser les dogmes se lancèrent à la recherche de Shamballa et de l’Atlantide. Une équipe de savants partis en Inde et au Tibet afin de découvrir si des Maîtres aux super pouvoirs agissant pour le bien de l’humanité existent bien. Cette histoire authentique a fait l’objet d’un livre mythique très célèbre dans la littérature métaphysique :  La vie des Maîtres de David Spalding.

Dès leur arrivée une suite ininterrompue de “hasards” va conduire les scientifiques auprès des plus grands Maîtres d’Asie dans une aventure palpitante et fantastique. Les scientifiques vont faire la connaissance de Maîtres possédant des pouvoirs surnaturels. Ils vont apprendre que Shamballa est habitée par des âmes ayant atteint un très haut degré d’évolution. Ces âmes supervisent l’évolution par l’entremise d’une vaste hiérarchie planétaire habitées par des entités célestes.

Ces entités cosmiques d’une dimension difficilement concevable maintiennent l’équilibre de la création. Shamballa serait supervisée par une vaste hiérarchie incluant de nombreux systèmes planétaires exotériques et ésotériques dont le centre est le logo solaire. Les Maîtres vont expliquer aux scientifiques médusés le déroulement chronologique et précis de la création du système solaire.

Ce secret délivré le plus simplement possible lors d’une conversation autour d’une tasse de thé est certainement l’un des plus grands mystères que tente de résoudre la science actuelle or les Maîtres connaissent parfaitement et en détails l’origine de la création du système solaire. Chaque planète provient du Soleil selon des événements cosmiques s’étalant sur des milliards d’années. Le soleil est un générateur de planètes. Le noyau interne génère une fusion colossale qui au bout d’un processus de plusieurs milliards d’années produit une explosion nucléaire. Une quantité phénoménale de matière solaire est expulsée vers l’extérieur dans son orbite. L’onde de choc produit par ce cataclysme cosmique repousse toutes les planètes vers l’extérieur du système solaire.

Chaque planète prenant la place de l’orbite de la planète précédente. Ainsi il y a quelques milliards d’années la terre occupait l’orbite qu’occupe Vénus aujourd’hui et Mars occupait la place qu’occupe la terre. C’est pour cette raison qu’il y a effectivement des traces de vie sur mars. Ce n’est pas un hasard si des états dans le monde investissent dans l’exploration de Mars. Dans quelques milliards d’années une nouvelle planète prendra la place de Mercure et Vénus prendra la place de la terre.

James Redfield dans son ouvrage :  La prophétie de Andes, nous mène au Pérou, dans la Cordillère des Andes puis dans des contrées amazoniennes inaccessibles à moins de connaitre les bons guides.

Un explorateur va découvrir des Maîtres habitants des lieux inconnus.Ils lui révéleront les secrets d’une énergie accessible au supra-mental et permettant au cerveau d’agir sur la matière par la maîtrise des émotions et des peurs et permettant à l’esprit d’ouvrir la conscience afin de dessiner son avenir.Les outils pour ce travail spirituel : la visualisation, le positif et l’amour.

Bouddha fonda le tantra de Kalachakra ; une discipline permettant d’atteindre l’éveil par la méditation, la compassion et le Dharma qui est l’observance et le respect des lois de la nature et ainsi accéder au Nirvana. Le bouddhisme tibétain évoque Shamballa comme étant un lieu peuplé d’avatars combattants les forces obscures présentes sur terre. Selon le bouddhisme l’amour, la compassion et le respect de toutes les formes de vie sont les qualités requises pour rayonner le seul remède qui sauvera l’humanité.

Omraam Mikhaël Aïvanhov fit de nombreux commentaires à propos de Shamballa et de l’Atlantide. Rudolph Steiner, écrivain, grand philosophe et métaphysicien du 19ème et début 20ème siècle évoque dans ses écrits le monde de Shamballa, un lieu proche du royaume de Dieu dont la substance, l’Akasha représente l’ensemble de la connaissance universelle au service de l’évolution. Steiner indique que l’homme est habité par des forces contraires afin d’enclencher des processus complexes dans l’âme permettant l’évolution. Steiner relie l’homme au cosmos. Steiner explique que le Maître Jésus réside à Shamballa d’où il prépare sa seconde venue sur terre.

Alice Bailey Fondatrice de Lucis Trust évoque l’existence de Shamballa dans l’intégralité de ses ouvrages ; extériorisation de la hiérarchie, traité sur les sept rayons, servir l’humanité, la guérison ésotérique, état de disciple dans le nouvel Age, initiation humaine et solaire.

Le secret de shambhala : Quelque part dans l’Himalaya, en un lieu mythique appelé Shambhalla, vivrait une communauté secrète chargée de l’évolution spirituelle de l’humanité. Simple légende tibétaine ou réalité ? Guidé par une série de coïncidences, le héros de James Redfield va partir en quête de ce lieu mystérieux et faire des découvertes inattendues.

Aidé du moine Yin et du lama Rigden, il va comprendre pourquoi personne n’a encore réussi à localiser Shambhalla. Aucun être ne peut y accéder à moins d’élever ses énergies et de se libérer de ses peurs les plus profondes. Épié par les services secrets chinois qui le prennent pour un agent secret, il poursuit une initiation difficile qui le mènera aux portes de Shambhalla, une ville extraordinaire habitée par des humains aux pouvoirs puissants. Ces êtres lui révèlent la onzième prophétie qui lui ouvre la vision du monde et de l’avenir.

La vie des Maîtres : L’histoire authentique de dix scientifiques athées et sceptiques se réunissant pour un voyage initiatique fabuleux dans les plateaux himalayens afin de vérifier si des Maîtres possédant des pouvoirs extraordinaires existent bien.

L’expérience qu’ils vont vivre dépassera tout ce à quoi ils étaient préparés. Ils vont rencontrer des êtres ayant atteint un degré d’évolution difficilement concevable par des esprits rationaux. Leurs définitions de la vie ainsi que leurs convictions seront définitivement transformés.

Affirmez la Sagesse Divine : Si vous souhaitez aidé à transformer en positif n’importe quel  état d’esprit d’un proche alors indiquez lui ce livre du Docteur Emmet Fox. Cet ouvrage exceptionnel devrait être distribué gratuitement par la sécurité sociale et les chefs d’entreprises. N’importe quelle nation se trouverait enrichie si ce livre faisait partie de son éducation nationale.

Cette description n’est pas exagérée. Le Docteur Emmet Fox est une personnalité forte et incroyablement talentueuse. Il a consacré une grande partie de sa vie à soigner ses concitoyens dans son cabinet médical. Il a décrypté les pathologies les plus complexes et en a trouvé les causes. Il a compris que la puissance du verbe est une force extraordinairement efficace pour toucher l’âme au plus profond et pour en guérir les racines. Toutes les maladies ont leurs causes dans le tissu métaphysique de l’être humain. Si l’on parvient à amplifier l’Aura par la pratique de la pensée juste on augmente son énergie vitale.

Le Christ en Vous ; Cet ouvrage est d’une puissance absolue. Il semble avoir été écrit par une civilisation ayant 200 000 ans de plus que nous. Il s’agit de paroles de sagesse ultime. Ce livre est la définition de la vie. Chaque phrase semble avoir été insufflé par le Créateur en personne. La création de l’univers est un acte d’amour.

C’est ce que le Maître jésus compris en son temps. Il ne s’agit pas de cultiver l’amour. Il s’agit de comprendre ce qu’est l’amour. Lorsque l’âme quitte cette fréquence vibratoire elle connait la souffrance et la discorde. La vibration première de l’âme est un cordon lumineux qui relie la création à son Créateur. Si vous parvenez à resaurer ce cordon doré vous résoudrez votre évolution.

  Fais tourner la roue et met de la couleur dans ta journée.

Laisser un commentaire

La vie des Maîtres

Le livre « La Vie des Maîtres » est un ouvrage peu commun. Les vérités qui l’illustrent ne peuvent pas s’inventer. Ce récit incroyable amène immanquablement la conscience du lecteur  à se poser des questions sur la vie. Ce livre transformera votre conception de l’humanité et votre vision du monde certainement. Il s’agit de l’histoire authentique de onze scientifiques athées effectuant un voyage initiatique fabuleux de l’Asie-Centrale à l’Extrême-Orient, au Tibet, au Népal et dans les Hauts-Plateaux Himalayens. Quelques uns d’entre eux vont découvrir Dieu et la Foi.

Ils vont rencontrer des êtres humains ayant atteint un degré d’évolution tel qu’il est difficilement concevable et même acceptable pour un esprit rationnel éduqué dans la société moderne. Les Maîtres sont des humains talentueux qui consacrent leurs vies à trouver et répandre des remèdes à la souffrance sur la terre. Ils ne jugent pas leur prochain, ils sont pourvus d’un réel don d’eux-mêmes. Ils sont soucieux du devenir de l’homme. Les Maîtres utilisent leurs pouvoirs dans le but de participer à l’évolution. Ils sont des porteurs de Lumière et des gardiens de la Paix. Ils protègent la terre. Ils constituent le gouvernement occulte de la planète. Aujourd’hui ils ont décider de sortir de l’ombre et de transmettre avec amour leurs connaissances et leur sagesse car l’humanité à atteint un degré très élevé d’aveuglement et d’ignorance. Sa survit est menacé. Malgré leur intelligence les êtres humains n’ont pas encore compris le sens profond de “la sélection naturelle des espèces”. Cette loi naturelle gouverne la vie depuis des centaines de millions d’années. L’homme est parvenu en moins d’un siècle à bousculer cet équilibre naturel.

Les Maîtres ont accepté de montrer aux scientifiques la largeur de leurs pouvoirs. Ils œuvrent discrètement, loin des regards et pourtant ils sont présents partout dans le monde. Ils contribuent à aider l’ouverture de la conscience des hommes sur des réalités qui vous dépassent mais, dont vous ne pouvez pas vous extraire. Ils vous observent depuis longtemps. Leurs niveaux d’intelligences est tel, qu’ils peuvent se connecter aisément à la source de tout ce qui vit, de toutes réalités et de toutes connaissances. Leurs pensées sont justes. Ce sont des médecins du ciel et de la terre. Des canaux qui n’ont de raison d’être que pour exprimer l’amour unique qu’ils irradient vers l’humanité.

La lecture de ce livre, d’un intérêt immense pour les chercheurs de vérités vous apportera bien plus qu’une simple réflexion. Elle contribuera à vous aider à orienter vos pensées d’un point de vue différent des réalités conventionnelles. Chacun sur terre a le droit de connaître la vérité. Ceux qui sont prêt à la recevoir avec un cœur sincère et ouvert, qui ont foi en l’homme et qui ont réussi à s’extraire de leur propre centre pour visiter celui des autres, reçoivent forcément un jour une réponse du Haut Lieu.

Le livre «la Vie des Maîtres » est comme une fleur que vous  trouvez un jour sur votre route. A son doux contact et à son parfum vous reprenez joyeusement la marche et vous trouvez enfin votre chemin.

De grands Maîtres à différentes  époques ont marqué l’histoire de l’humanité. Moïse fût l’un d’eux  ainsi que Jésus, Bouddha et bien d’autres. D’après les enseignements des Védas, les sages de l’inde, la destinée humaine est marquée par l’apparition d’âmes qui arrivent à point nommé pour aider l’humanité à franchir un cap.  Ces Maîtres sont des canaux puissamment dirigés vers le plan horizontal. Leur dessein s’établit pour s’opposer à l’autodestruction de l’espèce humaine dans ces moments ou l’ignorance et la cupidité  menacent le sort de l’humanité. La croix est un symbole qui va bien au-delà du sacrifice rendu par Jésus pour sauver les hommes. La croix nous révèle deux aspects ; le plan horizontal qui détermine la nature et la qualité des relations que nous entretenons avec nos semblables ; le plan vertical permet à l’homme debout sur terre  de communiquer avec son créateur et les forces célestes.

Jésus a été proclamé le fils de Dieu  parce que son amour a largement dépassé l’entendement et la compréhension humaine. Il s’est offert aux peuples de la terre  pour qu’ils parviennent à réaliser la Lumière éternelle en eux.Il a révélé au monde le  principe  d’une loi immuable d’amour et de  pardon applicable pour toutes les formes de vies sans aucune distinction.  Autant des êtres humains  sont inspirés par la destruction et déclenchent la terreur et le chaos sur terre,  d’autres  si simples  sont remplis d’un amour profond et d’une compassion inouïe pour la vie et la nature humaine. Ce paradoxe incroyable révèle la dualité qui réside chez les êtres humains à tous les degrés de leurs aspirations. Pourquoi des individus possèdent-ils la lumière en eux et d’autres les ténèbres ?

Il  existe  une réponse précise à cette question cruciale.  Ce qui est sûr et établi et ce qui compte, c’est ce qui reste à l’humanité comme sens des valeurs. Les idées sublimé par l’esprit connecté produisent des œuvres majeures qui s’inscrivent dans l’archétype collectif en lettre de feu cosmique. Elle sont éternelles  et  ne se consument pas.  Grâce aux œuvres colossales réalisées par les plus grands dans l’esprit profond de la recherche de la vérité et de l’amour, le règne du cœur persiste et se maintient sur terre.  Ce parfum du bien qui s’oppose au mal est un effluve du divin. Il ne peut pas s’évaporer. Les  êtres humains perpétuent ainsi la loi universelle de la régénération de leurs formes manifestées. Ces vertus majeures leurs permettent d’exister en toute plénitude d’âme et de perpétuer la continuité de l’espèce.

La vérité se manifeste chez tout individu recherchant les valeurs les plus hautes de l’existence. Elles se situent bien au-delà des frontières, des religions, des cultures et des systèmes de croyances.  Un jour l’homme pourra  revêtir l’emblème de  la forme de vie  la plus intelligente sur cette planète. Il  faut juste que ceux qui possèdent la sagesse la diffusent. C’est un des grands secrets de la vie.  Lorsque l’énergie d’amour sera suffisamment importante,  lorsque le jugement aura cessé, lorsque les hommes s’attèleront aux tâches essentielles qui leurs incombent alors le soleil illuminera enfin la terre d’un nouveau rayonnement.  Il s’agira d’une lumière si pure et si étincelante qu’elle empêchera à jamais les ténèbres de se maintenir…Le royaume de Dieu est en nous et non un mythe ou une utopie grotesque. Vous pourrez alors vivre la toute magnificence  et la toute-puissance de l’Age d’or qui à déjà débuté.

_________________________________________________________________________________________________

EXTRAIT DE LA VIE DES MAÎTRES : 

1.1.    L’énergie vibratoire supérieure. – Le soleil central. – La naissance des planètes. – Apparition des hommes dans le système solaire

Après un court intervalle de repos, le Muni se leva tandis que les premiers rayons du soleil se montraient au-dessus du lointain horizon. Il dit : « Sont avec moi ceux qui  ont appris beaucoup de choses que le Père a en vue pour l’humanité et qui voient avec la compréhension de l’esprit. Le vaste monde est donc compris en entier dans leur vision. Ils voient ce que l’humanité ne fait que sentir. Ils sont donc capables d’aider l’humanité dans l’accomplissement de ses désirs. Ils entendent des milliers de sons ordinairement inaudibles, tels que le chant de l’oiseau-mouche, le pépiement du moineau nouveau-né, les notes à quinze mille vibrations et plus par seconde émises par les sauterelles des champs, et bien d’autres  sons  musicaux  débordant largement la gamme audible.

Ils peuvent aussi ressentir, contrôler, et émettre des sons inaudibles susceptibles de produire certaines réactions émotionnelles bienfaisantes pour le monde entier, telles que l’amour, la paix, l’harmonie, et la perfection. Ils peuvent également amplifier et émettre des vibrations correspondant aux sentiments d’abondance et de joie intense. Ces vibrations entourent l’humanité et en interpénètrent tous les membres, au point que chacun d’eux peut les recevoir s’il le désire.

Quand on reconnaît l’existence de ces vibrations comme un fait, on  coopère  avec elles en les amplifiant  et en les transmettant. Alors la chose même dont l’humanité a besoin se cristallise autour des individus et prend forme parmi les populations. Les désirs des hommes sont alors accomplis. Quand les vibrations appropriées sont mises en mouvement, les individus ne peuvent échapper à leurs effets. Tous les désirs parfaits de l’humanité se condensent donc en des formes concrètes.

Le vaste océan illimité de l’espace créateur de Dieu est transparent comme le cristal. Il est pourtant rempli de vibrants effluves d’énergie. Cette énergie est connue sous le nom de substance éthérée. Tous les éléments y sont dissous, prêts à répondre à l’appel du régime vibratoire qui leur permettra  de  se  condenser  en  formes.  L’être  humain,

coopérant avec cet ensemble, peut mettre en mouvement par ses pensées les influences vibratoires appropriées. Alors les éléments, n’ayant pas d’autre issue, se précipitent pour remplir le moule formé par le désir. Telle est la loi absolue dont nul ne peut arrêter les répercussions.

Écoutez un orgue joue des notes très basses. Commençons par les abaisser encore, de manière qu’elles cessent d’être audibles pour nous. La, sensation,  ou l’émotion que nous avons ressentie à l’audition du son, persiste encore, n’est-ce pas ? La vibration continue, bien qu’inaudible. Maintenant faisons monter les notes de plus en plus haut à travers la gamme jusqu’à ce qu’elles redeviennent inaudibles. La sensation qu’elles ont provoquée persiste, tandis que les hautes vibrations inaudibles continuent. Nous savons que les vibrations ne cessent ni dans le premier cas ni dans le second, alors même qu’elles sortent du domaine de l’audition physique. Ce sont elles que nous désignons sous le nom d’Esprit.

Quand les sens physiques perdent le contrôle des vibrations, l’Esprit le prend, et son contrôle est infiniment plus précis. Il s’étend en effet sur une gamme bien plus vaste que celle de la physique. Cette gamme réagit beaucoup mieux aux commandements des influences vibratoires de la pensée, car la pensée est bien plus étroitement reliée à l’esprit qu’à la matière.

La physique est entièrement limitée à l’action matérielle du corps, mais non à ses réactions. Quand nous parvenons aux réactions du corps, nous sommes Esprit pourvu que nous définissions le corps comme étant esprit. On voit ainsi comment le corps physique est limité. Non seulement l’Esprit pénètre toutes ses cellules, mais il interpénètre les plus petites particules de substance solide, liquide, ou gazeuse. En fait, il est la force dont est bâti le moule d’où la substance prend ses différentes formes. La substance ne peut prendre forme autrement. L’homme est l’unique projecteur, le coordinateur exclusif des divers moules de la substance.

Permettez-moi une courte digression. Vous voyez le soleil de notre univers briller dans toute son éblouissante splendeur. Tandis que l’horizon recule progressivement et découvre à nos yeux un jour nouveau, nous voyons naître une nouvelle époque, une nouvelle Pâque. Ce que nous appelons notre univers et qui tourne autour de ce soleil n’est que  l’un  des  quatre-vingt-onze  univers  semblables  qui tournent autour du grand soleil central. La masse de ce soleil est quatre-vingt-onze mille fois plus grande que la masse combinée des quatre-vingt-onze univers. Il est si colossal que chacun des quatre-vingt-onze univers qui tournent autour de lui dans un ordre parfait est aussi petit en comparaison de lui que les infimes particules d’un atome qui tournent autour de son soleil central que vous appelez noyau. Notre univers met plus de vingt-six mille huit cents ans à parcourir une fois son orbite autour du grand soleil central. Il se meut en relation mathématique exacte avec une précession complète de l’Étoile Polaire. Est-il possible de douter qu’un grand pouvoir divin et positif commande à tout cela ? Mais retournons à nos observations.

Regardez de près : une image se forme et vous voyez le globe blanc du soleil. Une tache rouge s’y forme. Regardez de plus près, et vous verrez qu’un minuscule éclat de pure lumière blanche a jailli de là tache rouge. Ce n’est pas un rayon de lumière, c’est un point mouvant de lumière pure, une étincelle de vie, émise et incluse dans ce qui doit naître. Ce n’est pour vous qu’un infime point de lumière. Pourtant il est immense pour ceux qui peuvent le regarder de près. Il vous paraît étrange. D’ici peu vous disposerez d’un instrument qui servira d’auxiliaire à vos yeux pour voir toutes ces choses, et qui révèlera encore beaucoup d’autres merveilles à l’humanité. .

Pendant des milliers d’âges, le grand soleil central  a attiré vers lui les pulsations harmonieuses des émanations d’énergie obligées de se répandre ou d’exploser. Observez qu’une grande masse nébuleuse et gazeuse s’est détachée du soleil par explosion. C’est l’image de la naissance de la planète Neptune, qui, n’est encore qu’un grand ensemble de particules microscopiques, ou atomes, éjectées avec puissance du soleil générateur. Le point lumineux apparu avant l’explosion finale est un centre solaire qui possède à son tour le pouvoir d’attirer à lui les particules les plus infimes et d’en maintenir la cohésion en même temps que celle des particules plus grosses issues du soleil générateur qu’à première vue, vous croiriez qu’une explosion a eu lieu et que des fractions du soleil ont été lancées dans l’espace. Arrêtez un instant et observez ce qui est réellement arrivé. Pourquoi les particules et les gaz gardent-ils de la cohésion et prennent-ils une forme sphérique précise ? C’est à cause de la loi intelligente qui a formé les modèles et qui guide l’ensemble des univers dans une harmonie parfaite. C’est la preuve  qu’il  ne  s’agit  pas  d’un  accident,  mais  que  tout s’accomplit selon un ordre parfait régi par une loi infaillible.

Le point lumineux ou noyau est l’étincelle centrale, le soleil, le Christ de l’Humanité autour duquel tourne toute l’humanité. C’est la force déterminée de l’Esprit dont la loi prévaut parmi toutes les unités humaines.  L’étincelle centrale est un point de pure lumière blanche, le Christ qui a pénétré la première cellule. Il croît ensuite, puis se divise, et communique sa lumière à une autre cellule. Née de la scission, celle-ci reste cependant attachée à la première par une force de cohésion appelée AMOUR.

La nourriture et la cohésion des particules sont assurées comme celles d’un enfant serré et nourri par sa mère. Il se forme en réalité un enfant du soleil qui contient en lui-même le noyau, ou soleil central. Ce noyau est à l’image et à la ressemblance du parent qui vient de lui donner naissance. Dès qu’il est né, ce nouveau soleil central possède les mêmes pouvoirs que son ascendant pour attirer, consolider, et maintenir les vibrations d’énergie qui l’entourent et qui sont nécessaires à sa vie et à sa croissance. Il se consolide finalement en formant la planète Neptune, la plus ancienne de notre univers et celle qui occupe l’orbite la plus éloignée.

Quand Neptune naquit et que son soleil central commença d’attirer l’énergie vers lui, principalement celle en provenance de son parent le soleil, l’atome commença à prendre la forme du moule projeté pour lui avant sa naissance. Neptune occupa alors l’orbite matricielle, intérieure à celle que Mercure occupe aujourd’hui. Sur cette orbite, l’enfant est mieux capable de tirer sa substance du parent, car il en est encore très proche.

À mesure qu’il tirait sa substance du soleil, Neptune se consolida et prit forme. Au lieu de rester une masse de vapeurs gazeuses à l’état nébuleux, ses éléments commencèrent à se séparer et à se condenser en se combinant chimiquement. La structure rocheuse  de  la planète se forma sous une chaleur et une pression intenses. À mesure que la substance pâteuse durcissait, sa surface se refroidissait, et une croûte se formait. Celle-ci devint plus lourde et plus dense, tant par suite de son refroidissement que par suite de l’assimilation de particules étrangères.,

Quand cette croûte fut assez solide pour contenir la masse en rotation, celle-ci forma la structure des roches primitives de la planète avec une masse pâteuse à son centre.

Puis l’eau fit son apparition à la suite de l’union chimique de certains gaz et vapeurs. C’est alors seulement que la nébuleuse mérita le nom de planète. Elle était devenue manifeste et évoluait vers un état où elle serait susceptible de servir de support à la vie. Cependant il lui fallait encore poursuivre sa marche pendant des milliers de siècles et ajouter à sa structure particule après particule des éléments venant de l’extérieur. Le refroidissement continu de sa masse centrale la rapprocha de la perfection en attendant que son état superficiel atmosphérique et chimique fût prêt à servir de support à des organismes vivants.

À cette époque, le soleil générateur se prépara à donner naissance à un autre atome. Quand ce fut fait, la planète Uranus était née. L’expulsion eut lieu avec un excédent de force qui projeta Neptune  hors de  l’orbite  matricielle  et  le força à circuler sur l’orbite actuellement occupée  par Mercure. Ceci était nécessaire pour faire place sur l’orbite matricielle à l’enfant nouveau-né Uranus, afin qu’il pût recevoir sa nourriture de son parent jusqu’à ce que sa structure nébuleuse se fût condensée en une planète.

Le calme s’installe maintenant pendant une  longue période de temps. Neptune, le premier-né, grandit et approche de l’état où il peut servir de support à la vie. En fait, des formes amibiennes apparaissent dans ses mers intérieures saumâtres et surmontées de nuages. En même temps, un nouvel atome est prêt à être expulsé. L’excédent de force de l’expulsion envoie Uranus hors de l’orbite matricielle et projette Neptune sur l’orbite actuellement occupée par Vénus.

Neptune était alors suffisamment refroidi pour que sa surface pût servir de support à la vie. Certaines amibes sélectionnées sont indispensables comme support pour la vie et la nourriture du corps humain.  Elles  existaient  sur Neptune, mais pour que la Vie pût s’attacher à ces amibes, il fallait certaines conditions. Elles furent réalisées sur Neptune occupant l’orbite de Vénus, et la vie humaine y apparut, semblable à ce qu’elle est sur terre aujourd’hui.

C’est ainsi que la première race humaine vint à l’existence, non à partir de l’amibe animale, mais de l’amibe humaine d’un type et d’un caractère sélectionnés, douée d’une intelligence susceptible de hâter le processus de l’évolution. L’état des choses sur Neptune à cette époque se prêtait     parfaitement     à     un     développement     humain sélectionné, et un tel développement s’y produisit en effet à vive allure.

Il n’existait pas d’organisme intérieur du règne animal. La vie animale ne se développa donc pas. Neptune était habité par des êtres supérieurs qui formèrent très vite une race humaine parfaite dont tous les individus étaient capables de recevoir directement leur subsistance de la substance cosmique éthérée. Ils auraient été qualifiés de dieux sur notre terre, beaucoup de légendes et de mythes d’aujourd’hui prennent leurs racines dans ce grand peuple qui était exactement semblable au principe qui lui avait donné naissance. Cette race possédait l’aptitude d’exprimer la beauté et la perfection. Elle commença donc à s’entourer de conditions parfaites et magnifiques. En fait, elle fit de Neptune un paradis de beauté et de perfection.

Selon les intentions du Créateur, cette race devait se maintenir éternellement dans l’état parfait qu’elle avait réalisé par sa maîtrise absolue sur tous les éléments. Lorsqu’un homme exprimait un désir, celui-ci était immédiatement accompli. Mais dans la suite des temps quelques individus commencèrent à faire montre de paresse et d’égoïsme en essayant de surpasser leurs compagnons. Il en résulta des divisions qui donnèrent naissance à l’égoïsme et aux convoitises. Celles-ci à leur tour provoquèrent des dissensions. On dissipa en batailles et en disputes le temps qui aurait du être employé à des créations utiles au progrès. Au lieu de rester étroitement attachés à leur source, les hommes se séparèrent et creusèrent des fossés entre eux. Seul un petit groupe conserva un esprit élevé et noble. Les autres abandonnèrent ce qui faisait leur sécurité et leur protection. Cela provoqua la naissance d’un tourbillon autour de la planète.

Les hommes auraient dû s’attacher à suivre le parfait modèle de la divinité, ce qui leur aurait permis de bâtir un univers complet d’attributs divins sur des planètes divines. Mais ils rétrogradèrent à un tel point  que  l’explosion planétaire suivante fut colossale. Quand la nébuleuse correspondante se condensa, elle forma une planète plus grosse que toutes les précédentes. Telle fut la naissance de Jupiter. L’excédent d’énergie qui accompagna son expulsion fut tellement gigantesque que Saturne fut repoussé de l’orbite matricielle et projeté sur l’orbite actuellement occupée par Mercure. L’explosion fut si formidable et se produisit dans un système solaire si tendu qu’il se forma de grandes quantités d’astéroïdes qui se rangèrent autour de Saturne. Ayant une polarité différente de Saturne, ils ne purent s’agglomérer avec lui et restèrent indépendants. Ils n’eurent d’autre possibilité que de se réunir autour de cette planète en bandes connues sous le nom d’anneaux de Saturne. Plusieurs des astéroïdes qui les composent  sont gros comme de petites planètes.

L’excédent de force dont nous venons de parler projeta la grandiose et magnifique planète Neptune sur l’orbite actuellement occupée par la Terre. Toute sa splendeur et ses grands habitants furent balayés. Il en subsista cependant un petit nombre qui n’avaient jamais abandonné leur héritage divin. Ils s’étaient constitués des corps capables de chercher refuge dans les émanations de la sphère spirituelle qui entoure et interpénètre les quatre-vingt-onze univers actuellement existants.

Sous la forme ainsi revêtue, ces survivants ont pu préserver leur savoir et le répandre de manière qu’il ne puisse jamais disparaître. C’est par leurs idéaux et grâce à eux que nous vivons aujourd’hui. Nous nous réclamons de notre parenté avec ces grands hommes dont la race forme la racine de l’humanité. Ce sont eux qui ont préservé les idéaux humains et maintenu la divinité de l’homme.

Ensuite s’écoulèrent les milliers d’âges nécessaires à la planète Jupiter pour prendre formé.  Elle  est  tellement énorme que, même aujourd’hui, elle ne s’est pas encore beaucoup refroidie.

À nouveau le temps s’écoule d’un vol rapide et le soleil est prêt à donner naissance au cinquième noyau nébuleux. Voici la naissance de Mars, la planète rouge sang. Au moment où son expulsion s’achève, nous apercevons un phénomène sur le puissant Jupiter. Une énorme tache rouge se développe soudain sur son flanc, et il expulse un gros morceau de lui-même. Il a donné naissance à un satellite appelé Lune. Il se dégage un tel excédent de puissance lors de ces deux expulsions que le géant Jupiter est projeté hors de l’orbite matricielle où il laisse place à la planète Mars.

Tandis que le géant Jupiter occupe sa nouvelle orbite, sa forme nébuleuse tourbillonnaire n’a nullement la puissance d’attirer vers elle la grande quantité de particules expulsées du soleil au moment de sa naissance. Celles-ci sont projetées à une telle distance qu’elles entrent dans la zone d’influence de Neptune, Uranus, Saturne et Mars. Mais elles sont d’une polarité  différente,  inassimilable  par  ces  planètes.  Elles deviennent des astéroïdes séparés, sans polarité planétaire. Elles ne peuvent donc faire figure de planètes ni tourner en ordre et à l’unisson autour du  soleil  central.  En conséquence, elles forment dans l’espace comme de vastes essaims de météores, sans rythme spécifique, filant à une vitesse énorme, entrant en collision avec d’autres planètes, et s’encastrant dans leur surface ou se brisant en mille morceaux après la collision. De minuscules particules sont entraînées dans la course folle des astéroïdes à travers l’espace et finissent par retourner progressivement à la masse éthérée, d’où le grand soleil central  peut  les reprendre et les réassimiler. Il les expulsera à nouveau sous forme de nébuleuses lors de la naissance de nouvelles planètes ou de nouveaux atomes.

Maintenant prend place l’explosion qui donna naissance à la nébuleuse qui forma finalement notre Terre. Mars est projeté hors de l’orbite matricielle et la Terre y  prend  sa place. En même temps, toutes les planètes sont repoussées sur une autre orbite, pour faire place au nouvel enfant.

Puis vient la naissance de Vénus. Comme dans les cas précédents, la Terre et toutes les autres planètes ou tous les autres atomes sont projetés sur des orbites toujours plus lointaines pour faire place sur  l’orbite  matricielle  à  la nouvelle venue. Puis vient la naissance de  Mercure, projetant les autres planètes ou atomes sur d’autres orbites plus étendues et complétant le nombre des planètes visibles aujourd’hui par les astronomes, soit huit en tout.

En réalité, il y en a neuf, car l’orbite matricielle n’est pas occupée par Mercure. Elle est occupée par la dernière nébuleuse ou enfant, mais cette nébuleuse ne s’est pas condensée, de sorte qu’on ne peut la voir. Elle est cependant là, et son influence se fait sentir. L’univers dont notre Terre fait partie contient donc neuf planètes ou atomes qui tournent autour du soleil central ou noyau sur neuf orbites qu’elles suivent avec une précision mathématique. Vous avez pu voir les images de cette création telle qu’elle s’est produite en une suite parfaitement ordonnée.

Il advient quelque chose à Neptune, la planète la plus éloignée du soleil sur la plus grande orbite. Neptune  est arrivé à maturité et aussi à sa limite de vitesse. Il a reçu sa pleine charge de lumière et se trouve prêt à  devenir  un soleil. Il va sur son déclin, tandis que la nouvelle nébuleuse commence à prendre forme et que le soleil se trouve prêt à donner naissance à la dixième nébuleuse. Avant l’expulsion de cette dernière, Neptune, a atteint sa limite de vitesse dans sa circulation autour du soleil central. Il s’envole dans l’espace et explose, puis retourne à la substance éthérée d’où il sera repris par le soleil central. Il augmentera l’énergie de ce soleil pour lui permettre d’expulser de nouvelles planètes ou de nouveaux atomes.

Dans l’univers dont notre terre fait partie, il ne peut exister simultanément que neuf planètes ou particules tournant autour du soleil central. Elles évoluent selon un cycle constant comportant les diverses phases décrites : naissance, consolidation, expansion de l’orbite, arrivée à la limite de vitesse, envol dans l’espace, explosion, désintégration, et enfin réassimilation le soleil en vue d’une nouvelle naissance. Le sol rassemble donc en provenance de la substance éthérée des éléments qu’il renvoie au-dehors et qui redeviendront éthérés. C’est un renouvellement continu par régénération au moyen de nouvelles naissances. Sans ce processus, le grand soleil central des quatre-vingt-onze univers ainsi que les soleils centraux des différents univers auraient été consumés depuis longtemps. Tous auraient fait retour à l’infini qui contient l’existence de toute substance.

Une sage intelligence, qui pénètre toutes les émanations et tout l’espace, appelle les univers à prendre forme et les lance dans leur marche en avant. Le soleil ne vieillit jamais, le noyau central ne meurt pas. Il accepte, absorbe, retient, consolide, puis donne naissance à l’atome. Cependant il ne diminue jamais car il reçoit perpétuellement et absorbe en lui-même l’équivalent de ce qu’il émet au-dehors. La régénération et la renaissance continuent  donc indéfiniment. Les univers se forment, se développent, et restituent ce qu’ils ont reçu. Il y a des cycles de progression aboutissant à des niveaux de plus en plus élevés.

La galaxie des quatre-vingt-onze univers dont notre Terre et sa galaxie d’atomes font partie n’est qu’une galaxie dans un univers plus étendu. Celui-ci comporte à son tour quatre-vingt-onze galaxies tournant autour d’un noyau central ou soleil dont la masse est quatre-vingt-onze mille fois plus grande que la précédente. Cette formule se reproduit presque indéfiniment en se  multipliant  chaque fois par quatre-vingt-onze. L’ensemble forme le grand Cosmos infini, les galaxies qui comprennent la Voie Lactée. On appelle fréquemment ce cosmos « le rayon de chaleur atomique »  la  source  de  chaleur  du  soleil.  C’est  une nébuleuse née du grand soleil central cosmique dont nous venons de parler. Elle a été expulsée de son noyau.

Le soleil tel que vous le voyez dans cette nébuleuse ne vous envoie qu’une partie des rayons lumineux du  grand soleil central. Cette fraction du rayonnement se courbe sous un certain angle quand elle pénètre dans la matière, puis se réfracte : À la fin, les rayons courbés et déformés ne présentent qu’une image du soleil et le situent dans une fausse position. Les mêmes rayons sont ensuite réfléchis si distinctement que vous croyez réellement regarder le soleil quand ils vous parviennent. Le même phénomène provoque la distorsion de beaucoup d’autres planètes ou atomes. Là où les astres paraissent nombreux, ils le sont relativement peu. Leur total se chiffre cependant à un grand nombre de millions.

En regardant l’image de près, vous verrez que ces nébuleuses et leur soleil ne sont pas des disques, mais des sphères globulaires aplaties à leurs pôles comme la Terre. Quand on les examine, on ne peut observer que leur grande zone polaire aplatie.

La masse inimaginable du grand soleil cosmique exerce une influence si profonde sur les rayons de lumière que ceux-ci se réfractent complètement autour du cosmos : Leur contact avec les rayons cosmiques exerce également sur eux une action précise et produit leur réfraction. Les particules de lumière sont projetées hors de leur place au point qu’un seul faisceau donne des millions d’images réfléchies de planètes ou d’étoiles. Ces astres apparaissent alors en fausse position, et il en résulte à nouveau des milliers d’images réfléchies. Quand nous regardons à travers l’univers nous voyons les deux faces des images. La lumière de l’une nous vient directement, tandis que la lumière de l’autre, émise des centaines de millions d’années auparavant, a fait le tour complet du cosmos.

Nous voyons donc deux images au lieu d’une. La première est celle de l’astre tel qu’il existait il y a quelques centaines de mille années, tandis que l’autre nous le montre tel qu’il était il y a des centaines de millions d’années. Ce phénomène se produit dans tout le grand ordonnancement cosmique. Dans bien des cas, nous regardons effectivement dans un passé immensément reculé. En vertu de la même loi, nous pouvons aussi regarder dans l’avenir.

Pour régir la totalité des univers, des commandements spirituels sont émis. Ils se transmettent par des connexions invisibles,  similaires  au  mouvement  de  la  pensée  et  aux battements du cœur, mais amplifiés des milliards de fois.

Ces formidables impulsions, ces immenses battements de cœur sont transmis par l’intelligence qui imprègne la Substance Primaire. Celle-ci entoure le Cosmos qui est sa contrepartie spirituelle. Ces battements de cœur gigantesques envoient des courants vitaux dans tous les atomes du Cosmos et les font mouvoir dans un ordre et une harmonie  parfaits.

Dans l’immensité de ce cosmos infini, il ne peut y avoir aucune cellule malade ou discordante, car une telle cellule romprait l’harmonie de l’ensemble. Un chaos provisoire en serait la conséquence. Il en est de même pour un organisme humain troublé par des pensées inharmonieuses.

Le mot « Divinité » a été créé pour donner un nom à ce commandement central. Les battements du cœur humain correspondent en miniature aux impulsions colossales du cœur cosmique.

L’homme provient de l’intelligence qui commande à toute la substance  primaire. Il en est la contrepartie  et cœxiste avec sa source. Il tire directement sa substance de ce grand réservoir primaire. Le grand soleil central fait  de  même, mais à un échelon supérieur, à cause de son union avec l’intelligence supérieure qui dirige la source.

L’homme, l’unité humaine, est un univers divin fort bien organisé, quoique infinitésimal en comparaison du grand ensemble des univers. Cependant, le rôle de l’homme assumant la charge de sa divinité et la remplissant effectivement est indispensable, car l’homme fait partie de la grande intelligence qui existait avant tous les univers et qui commande tout le plan divin de leur évolution.

L’intelligence originelle interpénètre toutes les émanations de la substance primaire, au même titre qu’elle imprègne les formes physiques les plus rudimentaires. Donc, même si tous les univers étaient détruits, l’homme en coopération avec l’intelligence originelle pourrait les reconstruire en partant des émanations lumineuses. Si une telle catastrophe survenait, l’homme non seulement aurait le pouvoir mais serait le pouvoir qui se résout dans l’intelligence originelle où la destruction n’existe pas.

Quand l’homme est de retour dans ce royaume, peu lui importe le temps nécessaire pour que le calme et l’harmonie se rétablissent. Il peut s’écouler des milliards de siècles avant que la perfection première soit restaurée et permette la reprise du processus d’évolution régulier. Dans le domaine de sa divinité, l’homme maintient sa communion avec l’infini et peut se permettre d’attendre que les temps soient mûrs pour la manifestation des univers. Alors, ayant conservé la conscience de ses précédentes expériences, il est mieux équipé pour contribuer à la manifestation d’un état de choses plus parfait et plus durable. En cela, il ne peut jamais faillir à sa tâche, car son existence est mieux définie que celle de toute autre forme. L’échec n’est inscrit ni dans son horizon ni dans sa conscience.

L’infinitésimal devient l’infini de toutes les formes. C’est ce que perçoit le sage avisé qui dit : « Je suis immortel, sans âge, éternel : Il n’est rien dans la Vie ou la Lumière que je ne sois pas. » Telle est sa véritable divinité quand il  a réellement effectué son ascension…

_________________________________________________________________________________________________

La vie des Maîtres et Shamballa

” Notre itinéraire descendait la vallée du Giama-nu-chu, remontait ensuite un affluent de ce fleuve jusqu’ à la grande passe de Tonjnor Jung, puis descendait le long du Brahmapoutre jusqu’à Lhassa où nous étions attendus. Quand nous arrivâmes en vue de cette ville, il nous sembla approcher d’un Taos Pueblo. Tandis que nous regardions de tous côtés, nous pouvions vraiment nous imaginer être devant un Pueblo. Le palais du grand Dalaï-Lama, seigneur de tout Tibet, ressort comme le joyau unique de la cité. Celle-ci est le siège du gouvernement temporel du Tibet, mais ; le chef spirituel profond est le Bouddha vivant qui est censé gouverner spirituellement depuis la mystérieuse cité cachée dénommée Shamballa, le Centre céleste. Nous avions le très vif espoir de visiter cet endroit sacré que l’on suppose profondément enfoui sous les sables du Gobi. “

” On ne saurait exprimer Dieu sous forme d’une personne ou d’une image personnelle. Dieu est une universalité qui inclut tout et interpénètre toutes choses. Dès que l’on personnalise, on idolâtre. On a perdu l’idéal et on ne possède plus que l’idole vide. Cet idéal n’est pas un sauveur mort ou un Dieu mort. Il faut rendre Dieu vivant et vital pour soi en pensant et en sachant que l’on est Dieu. Ceci est d’une importance capitale. C’est la science divine de votre être. Elle permet au Christ en vous, votre Sauveur, de prendre vie et de ne faire qu’un avec vous. Vous êtes le Christ même, et il devient le mobile des actes de toute votre vie. Vous vous sauvez vous-mêmes, vous rédimez votre véritable moi, vous ne faites qu’un avec Dieu.

En révérant, en aimant, et en adorant cet idéal, vous l’incorporez et Dieu devient actif dans votre être intime. Ici la conversation changea de sujet et nous envisageâmes la possibilité d’aller à Shamballa. Le grand prêtre demanda s’il pourrait y aller. On lui répondit qu’il pourrait le faire sans difficulté s’il était capable d’abandonner son corps et de le rassembler à nouveau. De toute façon le groupe des Maîtres irait à Shamballa le soir même. Nous convînmes qu’ils se réuniraient à notre logis de bonne heure dans la soirée et que Thomas les accompagnerait. En effet, ils se rassemblèrent peu après notre retour. Après une courte conversation, ils sortirent par la porte et nous ne les vîmes plus pendant un assez grand nombre de jours. “