Miracle

La Science de l’Être et le Miracle de la Vie

CHAPITRE II

_____________________________________________________________________________________________________________

Rencontre avec un Maître

Nous les êtres humains, nous pensons que nous possédons suffisamment de connaissances et que nous maîtrisons parfaitement la matière pour revendiquer l’appartenance à la forme de vie la plus aboutie de la planète. Ce n’est pas tout à fait exact. Des formes de vies plus élaborées que la nôtre constituent une partie intégrante de notre réalité. C’est cet écosystème supérieur qui supervise le plan terrestre. Dans plusieurs religions dont la religion chrétienne, le judaïsme et l’Islam, les anges sont des êtres créés par Dieu avant les hommes. Leurs rôles sont d’être les messagers de Dieu. Trois anges sont nommés par leur nom dans la Bible et bien davantage dans la Kabbale.

De nombreuses traditions de par le monde font état d’entités invisibles, mais présentes à nos côtés et dans le monde qui nous entoure, sur des plans d’existence parallèles, des dimensions vibratoires différentes. Ces entités apparaissent parfois ou se laissent capter par nos sens dans certaines circonstances. On les décrit alors comme étant auréolées de lumière ou parées d’ailes immaculées. Ces anges présents sur terre connaissent parfaitement la nature profonde de l’être humain et ce pourquoi nous venons ici-bas. Si vous possédez un esprit ouvert et que vous ne craignez pas l’inconnu ils viennent à vous et vous aident à trouver votre chemin

Avec un certain travail vous pouvez même les ressentir et communiquer avec eux. Cela n’a rien d’extraordinaire pour eux. Il arrivera un jour ou cela n’aura rien d’extraordinaire pour vous aussi. Ils sont purs et éclatants de beautés et de vérités. A leurs contacts et dès que nous en prenons conscience nos difficultés se transforment en une montagne étincelante de lumière, de force et de vérité. Un être de lumière m’a confié qu’il était de passage pour moi et qu’il resterait à mes côtés pour m’aider à progresser. Ai-je rêvé ? Curieusement depuis ce jour j’ai appris à me connaître et je me suis senti fortifié de jour en jour. J’ai découvert que notre destin est entre le ciel, la terre et les âmes avec lesquelles nous partageons notre vie.  Chaque jour le soleil illustre cet exemple en diffusant naturellement sa chaleur, sa puissance et sa grandeur sans rien demander en retour.

Lors d’une soirée organisée chez des amis, je participai à une séance de magnétisme. J’étais pris d’un mal de tête intense. Je demandai à un ami, Dominique, s’il pouvait me donner un cachet d’aspirine. Il me répondit qu’il n’en utilisait pas.

_ « Si tu veux, je peux tenter de te soulager par magnétisme. »

_ « Tu veux dire que tu es guérisseur ? »

_ « Disons simplement que par l’imposition des mains sur ton aura, je peux tenter de te soulager. Pour être guérisseur il faut posséder de grandes qualités d’âmes, une connaissance des bases de la médecine et surtout une grande expérience dans la pratique de la transmission des fluides ou alors il faut posséder ce don naturellement. Le sentiment essentiel pour guérir autrui est l’amour. On ne peut pas aider autrui dans ce domaine que si l’on possède une réelle sensibilité au bien commun. »

Je trouvais cette suggestion surprenante et me demandais silencieusement dans quelle secte j’avais mis les pieds. J’eu le sentiment qu’il comprit mes pensées. Il me dit :

_ « Tu n’as rien à craindre, crois-moi, il s’agit de passes atlantes. C’est une discipline qui est utilisé depuis les temps les plus reculés par des disciples qui n’ont jamais manqué de respect pour la personne humaine. C’est une pratique naturelle sans aucune contre-indication. Un jour prochain nos jeunes étudieront ces sujets demeurés occultes depuis longtemps. Quand l’humanité s’apercevra des bienfaits du magnétisme et des médecines parallèles le monde va considérablement progresser ».

J’étais un peu gêné mais j’acceptai sans trop y croire. Je m’assis sur un tabouret. Il fit de même. Il prit mes poignets dans ses mains. Je senti sa respiration ralentir puis étrangement la mienne aussi. Je fus pris par un sentiment étrange que je n’avais jamais ressenti jusqu’alors. J’avais l’habitude de la relaxation et de la méditation mais non du ressenti d’une forme d’énergie dirigée consciemment vers moi. Mes paupières s’alourdirent subitement. Une paix indéfinissable m’envahi. Je me rendis compte par ce calme soudain de l’état de tension dans lequel je me trouvais quelques temps auparavant. Je me détendis à tel point que je partis dans un sommeil très agréable. Je me sentais entouré d’amis invisibles qui m’observaient et prenaient soin de moi. Ils avaient l’air de bien me connaître. Je me souviens d’une phrase perçue durant ce sommeil :

_ « Ai confiance, c’est le moment pour toi de rencontrer de nouveaux amis et de réaliser ton destin ».

Le saut de l’ange

Je partis dans un songe étrange « J’étais assis en haut d’une haute falaise. Autour de moi, aux quatre points cardinaux, des hommes comme ceux de la préhistoire me regardaient d’un air menaçant. Je sentais qu’ils attendaient que je bouge pour me bondir dessus. Je réalisai que la seule issue pour m’enfuir était d’effectuer un plongeon dans le vide. J’entendis :

_ « Sautes, ai confiance, il y a une chance pour toi si tu écoutes ta voix intérieure. »

Je ne sais pas comment mais d’un saut je me retrouvai dans une chute vertigineuse. Plus je descendais, plus la lumière disparaissait faisant place à l’obscurité.

Je vis alors un cylindre argenté arrivant à vive allure en émettant un son grave et aigu. Je l’attrapai et fut aspiré vers le haut si vite que je sentis mon sang parcourir mon corps de haut en bas en un instant. J’arrivais au niveau de la falaise et je continuais de m’élever. Je vis les individus toujours postés au même endroit.

Je réalisai dans leur expression figée qu’ils étaient comme des statues et ne bougeaient pas depuis toujours. Je compris à ce moment que la peur était juste en moi. Elle était une illusion générée par mes angoisses existentielles. Je volai comme un oiseau dans un ciel bleu. Je m’aperçus que je n’avais plus le cylindre entre les mains. Je volai toujours. »

Je sentis un souffle tiède parcourir mon visage. J’ouvris les yeux, mon corps était léger comme une plume, le mal de tête était un souvenir. J’entendis la voix de Dominique :

« Ne bouges pas, ne parles pas, reprends doucement place dans ton corps physique, respires doucement puis étires-toi de tout ton corps comme au réveil. »

Je n’étais plus dans la même pièce. J’étais dans une pièce très calme. J’entendais un petit ronronnement de moteur et senti un arôme de plante extraordinairement agréable. Je me retrouvais dans une tranquillité dont je n’avais pas l’habitude. Je regardai ma montre.

Il s’était écoulé deux heures. Je me levai et me dirigea vers le salon. Je vis mes amis réunis autour d’une table, écoutant de la musique en dégustant une infusion de plante. Je reconnu cette odeur si délicieuse et si paisible pour le cœur de la marjolaine.

_ « Je suis vraiment désolé de m’être assoupi ainsi, je n’ai pas l’habitude de dormir lorsque je suis invité chez des amis »

Mon apparition provoqua un four rire général. Je n’avais pas remarqué que j’avais la tête du matin.

_ « Ne t’inquiètes pas », me dit Dominique,

_ « Tu en avais certainement besoin », me dit un autre ami, Olivier.

 A ce moment je compris que je me trouvais en présence de gens hors du commun. J’étais plein de curiosité mais je n’osais dire quoi que ce soit de peur d’être ridicule. Dominique me semblait être très modeste lorsqu’il me confia qu’il n’était pas guérisseur.

Je me souvins de ce livre « Jonathan Livingston le Goéland ». Jonathan fut banni par sa tribu parce qu’il s’adonnait à la haute voltige. Il était à la recherche de la perfection au lieu de pêcher du poisson comme tous les autres Goélands. Il va errer seul longtemps avant de rencontrer Morine. Elle deviendra sa compagne. Jonathan découvrira des goélands ayant atteint la perfection, arrivant à se déplacer à la vitesse de la pensée puis reviendra vers sa tribu pour tenter de leur montrer la vérité.

_ « Vous les goélands, vous n’utilisez qu’une infime partie des ressources qui sont en vous. Vous passez votre vie à vous battre pour des morceaux de poissons alors que vous avez en vous la possibilité de connaître les réponses les plus profondes sur la vie. Vous passez votre vie à vous juger et à vous quereller alors que vous pourriez unir vos forces intelligemment pour accéder aux réalisations les plus élevées. Il faudrait que ces questions vous vous les posiez. « Je suis allé très haut dans le ciel et j’ai vu des horizons que je n‘aurais jamais soupçonné si je n’avais pas eu l’audace de voler si haut. J’ai plongé dans le vide à des vitesses vertigineuses et j’ai ressenti des sentiments de liberté absolus, des sentiments dont je n’aurais jamais imaginé l’existence si je n’avais pas été au-delà de mes peurs et de mes appréhensions. »

 Au début de l’œuvre de Bach est écrit :

_ « A ce Goéland qui sommeille en chacun de nous »

_ « Dominique, j’ai constaté que ta cuisine ressemble à un véritable laboratoire d’herboriste. C’est impressionnant. Est-ce que tu utilises chaque jour toutes ces plantes ? »

_ « Oui, j’utilise les plantes que j’associe à la cuisine et aux boissons. Je fais également des préparations médicinales pour les gens sensibles aux thérapies naturelles. »

_ « Comment t’est venue cette passion pour les plantes ? »

_ « Ce n’est pas une passion,  c’est bien plus. Cela fait partie d’un tout, d’une attitude de vie que j’ai  acquise ayant la chance d’avoir des parents immergés dans ce monde. Ils m’ont aidé à comprendre qu’il ne faut pas accepter tout ce que la société moderne nous propose. Malgré sa technologie et son « savoir » l’homme ne sait pas prendre soin de sa personne ni des autres. Le but de chaque individu sur terre est de trouver une forme de bonheur. Chacun est en quête de réaliser l’équilibre parfait. Le plus grand bonheur qui existe est de se sentir en paix avec son corps et son âme car lorsque cela arrive on trouve la paix aussi avec les autres et le reste du monde.

Pour que cela arrive  il faut apporter à notre être ce dont il a besoin et non ce dont il a envie. C’est cette nuance fondamentale qui distingue le jour et la nuit dans ce domaine».  Il continua :

_ « Je connais un homme qui a passé la première partie de sa vie à détruire son corps et ignorer les règles élémentaires dans tous les domaines. Il mangeait plus que de raison deux fois par jour au restaurant, fumait plus d’un paquet de cigarette, buvait du vin, ne pratiquait aucune activité sportive ni même de la marche. Il commença à avoir des problèmes de santé très sérieux. Il fut victime de plusieurs attaques cardio-vasculaires. Pendant plusieurs années sa vie fût un cauchemar. Il passait son temps entre les médecins et les hôpitaux. Il ingurgitait des dizaines de médicaments chaque jour.

Il avait toujours été hostile aux médecines holistiques et aux thérapies naturelles. Un jour il vint me voir et me demanda de l’aide. Avec de l’acharnement et une forte détermination il réalisa la raison de sa déchéance. Il ne devint pas végétarien mais réduisit progressivement sa consommation de protéine animale. Il arrêta de fumer et boire grâce à l’aide de préparation de plantes médicinales. Il cessa les médicaments et retrouva lentement et naturellement son équilibre puis une santé plus que satisfaisante. Il abandonna ses activités précédentes pour se consacrer pleinement à l’étude des médecines douces. Aujourd’hui il donne des conseils et aide à son tour les autres à retrouver leur chemin quand ils ne se sont pas irrémédiablement perdus. »

Pour restructurer son être, il faut  envisager un changement radical dans notre hygiène de vie et dans notre alimentation. La prise de conscience de la nécessité d’une alimentation juste et équilibrée est une des clés ouvrant la porte de la purification de notre corps physique. Cela constitue une étape indispensable pour s’aventurer plus en avant dans la réalisation de soi.  Notre corps physique est notre ami. Un canal qui nous permet de communiquer avec la vie. Plus il sera précis et propre et plus les courants reçus et émis aux travers de celui-ci seront empreints de vérité. Il faut trouver le courage d’éliminer certaines mauvaises habitudes dont nous savons pertinemment qu’elles nous détruisent. Nombreux sont ceux qui  prétendent que la vie est trop courte pour se priver des plaisirs que la vie nous offre et pour se poser trop de questions. Ces   gens se retrouvent souvent quelques dizaines d’années plus tard dans des hôpitaux ou des hospices luttant désespérément pour tenter de réparer tant d’années d’infamies et demandant à Dieu ou à la vie ce qu’ils ont fait pour mérités cela.

Ceux qui n’ont jamais fait d’abus de tous ces produits néfastes que sont : drogues, tabac, café, alcools,  viandes, graisse animale, sucre, ex., n’ont jamais eu à se plaindre de maladie comme l’artériosclérose, les maladies cardio-vasculaires, certains cancers liés à l’affaiblissement du système immunitaire à cause d’une mauvaise alimentation, etc.… La maladie est devenue un compagnon de route sur le chemin de notre vie et nous devons cohabiter avec elle. Il suffirait de faire l’expérience d’une remise en question totale de nos mauvaises habitudes pour constater à quel point nous étions dans l’erreur et réaliser toutes les calamités que nous faisons endurer à notre être à cause de notre ignorance.

Il existe des personnes âgées de soixante-dix ans qui sont capable de courir plusieurs fois par semaine. Ces gens vieillissent merveilleusement bien. Leurs expressions dégagent une extraordinaire joie de vivre et une sérénité indestructible. Lorsque leurs moments arrive ils s’éteignent naturellement. Leurs vies fussent intenses et remplies de bonheur.  Ils furent suffisamment présents dans leurs vies, dans leurs pensées et leurs actes pour avoir  partagé le meilleur avec ceux qu’ils aimaient. Ils quittent le monde en ayant réalisés leurs vies pleinement. Ils partent avec un minimum de souffrances.

  _ « Est-ce que le magnétisme fait partie de ce tout dont tu parles ? »

_ « Oui bien sûr. Nous possédons tous un potentiel d’énergie. Ce n’est pas de l’ordre de la métaphysique car cette énergie est bien réelle et si nous nous appliquons à faire un certain travail sur notre personne, cette énergie nous pouvons un jour la ressentir et même la voir.

Cette énergie est à notre disposition et nous pouvons même l’utiliser pour soulager les souffrances et dans certaines situations guérir des maladies.

_ « Les récits rapportés par les écritures saintes sur la personne de Jésus guérissant les malades par l’imposition des mains montre que Jésus possédait une grande connaissance sur ce sujet.

 Il fût très certainement lui-même initié par les esséniens. Il affirma que ses pouvoirs étaient un don humain et que tous individus possèdent  des pouvoirs de guérisons s’il s’applique à les développer selon certaines règles.

-« Ce que je fais ce n’est rien, d’autres peuvent le faire et davantage encore ! » disait-il

Jésus était un guérisseur remarquable. Il marqua son temps car il était très en avance dans son époque. Il pressentait l’avenir. Compte tenu des qualités dont il était pourvu, il se dégageait de lui une perfection telle que cela  inspira le peuple à cette époque à l’investir du statut de fils de Dieu. Nous n’allons pas tenter de déterminer si oui ou non Jésus était le fils de Dieu ni si Jésus est venu sur terre pour le salut de l’humanité. Que chacun se réfère à ses croyances ! Il est sûr qu’il était un Maître extraordinairement talentueux. Il était connecté au monde dans tous ses aspects.  Il savait communiquer avec le cinquième,  le sixième et le septième règne de la nature, c’est à dire  le monde astral et causal. » Le Septième règne étant celui du Divin.

Jésus était un Maître. Les Maîtres choisissent des individus de toute race selon des critères de qualité d’âme. Ces disciples vont recevoir une instruction qui peut ne pas être perçue consciemment. La plupart des fonctions spirituelles se révèlent chez un être humain entre trente et quarante ans. Il existe néanmoins des êtres possédant des dispositions particulières leur permettant de développer  des capacités à un âge plus avancé.  L’exercice le plus délicat pour un disciple est de conserver la maîtrise et la discrétion dans un environnement où le niveau des auras est faible.

Beaucoup d’étudiants sur le sentier, malgré un cœur sincère, pourvu d’une volonté ferme et ardente et de sentiments purs, ont échoué dans leurs quêtes spirituelles et ont abandonné le service. Le degré de responsabilité d’une œuvre dépend du degré d’engagement entreprit. Plus l’influence de cette œuvre pénètre profondément dans une âme et ses conjonctures et moins l’erreur est permise. (Selon la causalité. Voir le chapitre sur le bouddhisme.) Jésus vint sur terre manifestement investie d’une importante mission.

_«  Si tu le souhaites,  tu peux participer à une séance de magnétisme avec notre groupe.

Je répondis que rien ne saurait me faire plus plaisir.

Il appela le maître pour lui demander son accord. C’est ainsi que je débutai dans  la pratique de la transmission des fluides par impositions des mains. Le maître Kaly est un petit personnage. En sa présence on se sent prit véritablement d’une grande sollicitude.

 Je participai à une première séance de magnétisme. Celle-ci me plus fortement. Je demandai à Kaly si je pouvais rejoindre le groupe. Il m’invita à entrer dans une pièce et il me demanda :

_« Pendant combien de temps as-tu vécu dans un environnement de jeunes gens qui se droguaient et combien  de tes copains ont-ils été touchés? »

Cette question me coupa les jambes. Personne dans le groupe ne connaissait mon passé ni même mon ami Olivier qui m’avait  fait rencontrer Dominique. Je m’assis sur un fauteuil et lui répondis :

_« Un dizaine de copains d’enfance plus d’autres qui gravitaient dans le groupe de jeunes que je fréquentais à cette époque. »

_« Pourquoi tes amis se droguaient-ils? »

_« C’est une question à laquelle il est bien difficile de répondre, Je ne sais pas précisément pourquoi. La société actuelle est responsable aussi. En ce qui me concerne je reconnais avoir eu plus de chance que les autres, j’étais dans un petit groupe de passionné de sport et cela a largement contribué à nous donner une conscience de la nécessité de préserver notre corps.

 La drogue est certainement l’un des fléaux les plus dévastateurs pour notre époque.

_ «  J’ai vécu mon enfance dans une cité comme beaucoup de jeunes parisiens. J’étais en présence de jeunes qui se détruisaient déjà depuis des années. En fait j’ai appris à grandir avec  cette réalité qui me causait beaucoup de chagrins. La drogue et l’alcool détruisent plus d’individus que toutes les guerres réunies. Lorsqu’un jeune est pris dedans la seule chose qui compte pour lui véritablement est de s’évader.  Lorsque certains de mes amis ont disparus, ils étaient pratiquement tous préparés, d’ailleurs cela revenait souvent dans les discussions. En réalité la toxicomanie est une méthode de désertion pour quitter cette société dans laquelle ils n’ont pas réussi à s’intégrer. Ils n’ont pas accepté ou compris les règles alors ils en sont sortis. C’est une méthode plus subtile de se suicider.

Lorsque l’individu commence sa campagne destructive, il est très loin d’imaginer les souffrances qui l’attendent. Je suis conscient de la chance que j’ai d’avoir traversé cette époque sans avoir subi ce terrible fléau.

_« Souhaiterais-tu participer à des actions pour lutter contre ce fléau ? »

_ « Oui j’y ai souvent pensé. Je suis très admiratif du travail de tous ceux qui luttent dans ce domaine. Ces gens sont courageux et défendent une cause noble. C’est la sauvegarde de nos enfants dont il s’agit. La lutte contre la drogue est très compliquée et ceux qui participent à ce combat sont loin de l’avoir gagné. Lorsque nous apprenons que des centaines de kilos de drogues durs et douces sont saisis, nous ne pouvons-nous empêcher de penser que cette quantité de stupéfiants n’ira pas détruire de vies humaines. A côté des quantités de drogues astronomiques qui circulent de par le monde, ce qui est saisi est dérisoire. »

_« Le problème de la drogue pourrait se  résoudre selon moi mais, il faut l’attaquer sur deux fronts. C’est-à-dire par la répression et le court-circuit de tous les réseaux distributeurs  et par la prévention et la prise en charge des toxicomanes. Il est important de comprendre ce qu’est la drogue et pourquoi elle connaît un tel engouement chez les jeunes.  Le principal responsable est le malaise de la civilisation.

A cause des troubles actuelles de notre monde, il n’est pas difficile de comprendre que la drogue permet à ceux qui l’utilisent, de connaître des moments d’évasions dans leurs vies. Ils oublient temporairement leurs problèmes et leurs angoisses au détriment de l’intégrité de leur être. »

_« Je vois que tu connais bien ce problème. Te sens-tu en conformité avec les autorités de ce pays »

_« Je reconnais que lorsque j’étais plus jeune, j’étais rebelle à l’autorité, je pense que la plupart des jeunes connaissent cela.  En fait les jeunes sont influencés par la dynamique du groupe.

N’ayant pas encore de personnalité il est plus simple de s’identifier à ses potes. Plus tard j’ai réalisé que la lutte contre ceux qui détruisent la vie des autres est indispensable.  Il est pénible d’imaginer tous ces bandits qui vivent au-dessus des lois et qui contribuent à injecter dans le corps de la jeunesse, en particulier, les pires poisons. »

_« T’as-t-on déjà dit ce que la drogue provoque dans l’organisme ? »

_« J’ai une vaque idée » répondis-je.

_« Physiologiquement, les produits stupéfiants agissent sur le système nerveux. La drogue produit des états de conscience avancés de différentes natures, selon les produits utilisés.

Il en résulte une capacité accrue des champs de perception et de la sensibilité de l’utilisateur ainsi qu’un élargissement de la conscience. Le drogué se sent plus fort et plus apte à communiquer avec son entourage.  Il oublie provisoirement ses problèmes, les plaçant de côté. Il jouit de l’instant présent qu’il s’est accordé. Ce moment unique de ne plus ressentir aucune douleur, aucun conflit.  Ces effets font partis des premiers stades des poisons car avec l’accoutumance et lorsque le corps a subi à moyen et long terme un certain degré d’agression il ne réagit plus normalement. »

Dans un même temps, les tissus du corps sont mis à rudes épreuves. Notamment le foie qui joue un rôle important dans l’élaboration des défenses du corps et qui s’assure de la qualité de notre sang.

_ « Le problème de la drogue est que les produits stupéfiants ne placent pas l’individu dans un état second ou dans une conscience issue de ses rêves.

La drogue permet d’accéder à des niveaux de conscience qui sont déjà en nous mais dont nous n’avons pas fait le travail nécessaire pour le consolider et les supporter physiquement et psychiquement. Il en résulte que la conscience fait irruption dans des fréquences dont les  corps ne peuvent supporter durablement les effets.

Si nous remplissons le réservoir d’une auto avec de l’éther, elle va être propulsée pendant quelques secondes, à une vitesse plusieurs fois supérieure à sa vitesse nominale.

 L’arrivée sera atteinte plus vite mais le véhicule sera irrémédiablement endommagé sans avoir eu le temps de contempler et comprendre le paysage.

_« À présent il te faut oublier cet épisode de ta vie. Les cours que nous dispensons ne sont pas des cours de yoga ou de gymnastique traditionnelle. Tous les gens que tu vois ici sont des personnes dévouées qui ont décidé de consacrer leurs vies à soigner leur prochain. C’est leur seul but sur terre, les autres sont secondaires».

_ « Comment pourrais-je oublier ? »

_ « Si tu souhaites entrer dans le service il te faut vaincre et oublier définitivement cette étape de ta vie. Tu as beaucoup de chance d’être passé à travers ce fléau.

Tu dois considérer cela comme un cadeau du ciel.  Tu dois continuer à  purifier ton corps physique afin de le préparer au travail spirituel et à l’éveil.

C’est un travail de longue haleine et les qualités  requises sont : la patience, la persévérance, la compassion, le discernement, le détachement et la maîtrise de soi. Tu rencontreras forcément des oppositions car à notre époque il y a une grande confusion dans l’esprit des hommes. Pour beaucoup l’ésotérisme est le domaine des sorciers et des charlatans. Ils refusent d’admettre cette réalité de la vie parce qu’elle leur fait peur. Les hommes rejettent facilement ce qu’ils ne comprennent pas ou ne maitrisent pas ou simplement ce qui ne rentre pas dans le cadre de leurs raisonnements.

L’homme a souvent eu peur de l’inconnu et des mystères. Certains hommes malheureusement n’hésitent pas à faire commerce de cette science sacrée. Ils étudient quelques bases intellectuellement puis tentent de s’enrichir sur la misère des gens faibles et malades. C’est vraiment honteux et tu devras prendre garde de jamais être assimiler à ce type d’individus car c’est humiliant. Ce que tu vivras auprès de nous est bien réel et il te faudra t’adapter à une vie portant ses ramifications sur un spectre beaucoup plus large que celui perçu par la surface de l’œil. Garde secrètement les enseignements que tu vas acquérir et ne les utilise qu’à bon escient si tant est qu’un jour tu puisses soulager ou guérir les autres. N’exiges jamais de récompense ou un salaire pour les soins que tu prodigueras.

Il y a une règle d’or dans notre école. Si tu fais mauvais usage des dons qui te sont accordés sur cette terre et dans cette vie, ils te seront naturellement supprimés par la loi et la justice de forces karmiques qui régissent et contrôlent l’utilisation que nous faisons de cette force. » Ce n’est pas parce que tu participes à des cours de pratiques du magnétisme que tu peux te déclarer guérisseur. Il arrive qu’une vie entière ne suffise pas à former un guérisseur puis tel autre guérisseur sera mis à jour sans le demander. J’assistai au cours de Kali durant sept années. Il enseigne la pratique de la méditation et du pranayama. Le prâna est l’énergie vitale contenu dans les atomes formant l’univers.

Il est présent partout. C’est lui qui maintient les astres à leur place. L’exercice du pranayama a pour but de libérer les énergies accumulées par les tensions nerveuses. Il stimule les régions de l’organisme où les énergies sont affaiblies. Notre corps physique est ainsi parcouru par cent huit courants principaux appelés également nadis ou méridiens pour les acupuncteurs. Chacun de ces canaux utilise un parcours spécifique en traversant les différents organes du corps pour les alimenter en énergie. Les chocs émotionnels et le stress de la vie occasionnent des perturbations sur ce vaste réseau de circuit énergétique interne. Certains organes ne sont plus alimentés par leur faisceau d’énergie respectif, ce qui provoque un affaiblissement progressif de la zone en question. Survient une diminution des capacités des défenses immunitaires à assumer leurs fonctions pleinement puis la maladie.

Pour l’ésotérisme, la maladie organique est précédée d’une période de décompensation énergétique de l’ensemble du corps éthérique et bien avant cela du corps astral. C’est ainsi que le magnétiseur peut guérir des maladies avant qu’elles ne se manifestent sur le plan physique. Cela paraît invraisemblable pour la science actuelle cependant des chercheurs sérieux commencent à étudier cette science ancestrale car ils ont été confrontés à des rémissions « miraculeuses » suite à un contact établi entre un patient et un guérisseur.  C’est ainsi que le magnétiseur va recharger son sujet en apportant un flux d’énergie dans une zone déficiente de l’organisme.  La main droite est isonome. La main gauche est hétéronome.  La main droite diffuse les fluides, elle active et stimule. La main gauche calme et décongestionne les régions du corps saturé en énergie. Il y a les passes transversales et les passes longitudinales.

Pour le premier contact il faut prendre les deux poignets du patient et sentir son pou.  On établit ainsi une relation particulière qui nous permet d’être acceptés par l’aura du patient. On diffuse mentalement une lumière bleue indigo qui entoure notre sujet pour le protéger des influences extérieures.

 _ « Au fur et à mesure qu’il te sera possible de venir en aide aux autres, il te sera offert la possibilité d’accroître tes capacités. Tu pourras un jour intervenir à distance.

Tu rencontreras des êtres qui ont besoin de toi. Tu devras t’habituer à les rencontrer en toutes circonstances. Plus tu développeras une grande capacité à insuffler vers autrui des bienfaits et plus tu rencontreras des êtres qui ont besoin de toi. Ils ne doivent pas forcément savoir qui tu es. Toi tu sauras pourquoi tu croises leur chemin. Des phénomènes de synchronicités sont opérés de sorte que certaines rencontres importantes se produisent « par hasard ». Chaque personne demande une attention particulière mais le moment venu tu sauras comment agir.

Dis-toi que chacune de ces personnes souffrantes est quelqu’un qui est attachée à ton karma et dont tu dois profondément et sérieusement t’occuper.  Saches que le simple contact d’un guérisseur avec une personne affectée est un acte providentiel et le début de la guérison pour son âme puis pour son corps.  Cette personne ne saura pas expliquer le bien être qu’elle ressent en ta compagnie mais elle sera naturellement attirée par toi et lorsqu’elle pensera à toi elle bénéficiera d’une protection accrue. Tu liras facilement l’origine de son mal. Il est possible pour certain de voir et déchiffrer l’aura. Dans le repliement tu connecteras cette personne avec les forces invisibles qui t’entourent et t’assistent dans ton travail de sorte qu’elle ne sera plus jamais seule.

Lorsque cette personne aura besoin de toi, tu seras informé par deux intelligences (les anges) du cinquième règne de la nature. Il y en a une à ta droite et une à ta gauche. Celle de droite est connectée au niveau de ton centre Brahmarandra. C’est elle qui te donnera l’intuition nécessaire pour faire un bon diagnostic même à distance. Puis celle de gauche qui connectera dans le centre de ton cœur : Ana hâta. Cet ange te donnera la capacité a aimé profondément les êtres que tu soignes car la base du seul remède pour tous les maux est la loi d’amour et de pardon. » C’est cette même entité qui t’amène en toutes circonstances sur les lieux des rencontres karmiques. Ne te vantes jamais de posséder des dons particuliers, mieux, évite d’en parler.

Tu ne dois être motivé que par la volonté de l’accomplissement du bien et tout ce qui est susceptible de servir ton ego ne peut que te ralentir ou même te faire échouer dans tes actions. Quel que soit le résultat d’un diagnostic, ne le livre jamais à l’état brut. Tu dois te retirer et prendre le recul nécessaire pour déterminer les mots que tu dois utiliser. Tu comprendras que tu n’es pas seul.

Tu auras constamment besoin de te connecter à tes guides afin qu’ils t’aident à choisir quel processus de guérison tu dois envisager et quels sont les remèdes naturels que tu dois utiliser. Tu comprendras plus tard à quel point cet aspect est important.  Cherches la cause en toutes circonstances et sois joyeux dans le présent. »

La première leçon avec Kaly fût celle dont j’ai le plus clair souvenir tellement l’expérience que je vécus fut forte. Il choisissait un sujet sur lequel il avait médité la veille puis avec le groupe il élargissait en nous expliquant les différentes méthodes de guérison. Lors de cette première leçon il nous parla de la loi de polarité. C’est elle qui induit l’énergie que nous possédons dans nos différents corps. Le corps physique, le corps éthérique et le corps astral. La connaissance de la polarité est essentielle.

 Elle diffère sensiblement selon le sexe de la personne. Kaly nous dispensa également des cours d’anatomie afin d’acquérir des bases élémentaires de la médecine classique.  Après le cours théorique les élèves se placent par deux pour une séance de magnétisme de trente minutes.   Je  fus ainsi magnétisé la première fois par une dame que je ne connaissais pas.  Le magnétiseur prend les deux poignées de son patient pour établir un lien et être accepté par l’aura de l’autre.

Après cela il effectue des passes longitudinales et transversales appelé également les passes atlantes a trente centimètre du corps de la tête au pied afin d’harmoniser les courants d’énergies sur les principaux centres ou chakras.  Le magnétiseur procède ensuite à des passes dites de dégagement qui consistent en des passages plus rapides sur l’aura afin de libérer des canaux saturés pas des énergies stagnantes.  Je m’allongeai par terre. Je fermai les yeux. Je sentis mon corps s’assouplir et se détendre à un point tel que je ressentais le sentiment d’une immense plénitude et aussi de la chaleur dans le corps. Entre mes deux sourcils, à l’intérieur de moi je percevais une lumière douce et délicate puis plus tard apparu des symboles. Je sentis un souffle frais sur mon front.  J’avais l’impression que la séance commençait à peine alors que quarante minutes s’était écoulées.

Une fois par mois Kaly organisait un séminaire. Pendant celui-ci nous pratiquions de la méditation et des cours de Hatha-yoga avec sa femme Isabelle.

Il organisait des conférences sur le  végétarisme et la nutrition. Kaly n’était pas en affinité avec les gens pratiquant le spiritisme, le tarot, l’astrologie, en fait toutes les sciences divinatoires. Selon lui, la plupart des gens qui pratiquent ces sciences ne les maîtrisent pas parfaitement et peuvent occasionner des problèmes sérieux s’ils révèlent certains aspects de la vie à  un individu qui n’est pas préparé.  Isabelle est un médium remarquable. Suite à une demande répétée des élèves,  il accepta exceptionnellement qu’ ‘elle nous présente une séance de vies antérieures. Elle choisit cinq personnes dans l’assemblée. Je fus l’une de celle-ci. Je m’allongeai au milieu de la pièce. Kaly me magnétisa pendant qu’Isabelle se recueillait. Je sentis mon corps se détendre. Je voyais une nouvelle fois entre mes sourcils des lumières. Isabelle s’approcha de moi et commença à lire dans mon passé.

« _Je vois que tu étais dans un métier où tu manipulais le feu, certainement un métier de forgeron. Dans une autre vie, tu étais un petit garçon qui s’est pendu à une poutre accidentellement en jouant. Tu n’es pas mort mais tu as eu beaucoup de problème dans cette vie à cause de cela. Je te vois dans un vaisseau.  Il s’agit d’un bateau appartenant à une personnalité importante, probablement un roi et tu étais navigateur ou simple marin sur ce bateau. Cela pourrait expliquer ton attirance  pour les bateaux et tes affinités pour le peuple noir car tu as dû partager une très grande partie de ta vie auprès de ces gens. Peut-être étais-tu toi-même de couleur noire. » Tous les aspects de mes vies antérieurs révélées par Isabelle suscitaient en moi une résonance profonde.  Pendant ma jeunesse j’eu un problème de gorge à cause de la glande tyroïde. Etant jeune j’achetai une magnifique maquette à construire.  Je me souviens parfaitement l’avoir choisi dans un immense rayon rempli de maquettes de bateaux.

J’ai été attiré par un vaisseau s’appelant Le Soleil Royal. , navire du Roi  Soleil Louis IVX.  Je me souviens  m’être souvent demandé pourquoi j’avais choisi précisément celui-ci.

Je ne possédai pas une bonne maîtrise de maquettiste et il aurait été plus sage de commencer par des modèles plus modestes. Il me fallut près de quatre mois pour le terminer.

«  J’ai enfin trouvé la voie, ce n’est ni celle des excès ni celle de la retraite dans un temple, c’est la voie du milieu ». Bouddha

En plus des cours de Kaly, Olivier et Dominique étudiaient le Bouddhisme orthodoxe de Nichiren Dashonin. Il s’agit d’un courant philosophique qui est largement répandu en Europe. Son président Dasiku Ikeda prône la pratique quotidienne du sutra du lotus devant le DaÎ Gonzon. Un des buts avoué par les pratiquants est de transmettre cette philosophie au plus grands nombres d’individus possibles. Ainsi il faut faire ce qu’ils appellent Shakubuku, c’est à dire énoncer aux non pratiquants toutes les vertus bienfaisantes acquises grâce à la pratique assidue du Bouddhisme. Je respectais profondément la philosophie de mes amis mais je refusai de rejoindre les bouddhistes orthodoxes car bien que les fondements et l’étude de leur bouddhisme soit dans la pure tradition de cette philosophie, la pratique demandait de réciter des mantras et d’inciter les autres à pratiquer.

Cela ressemblait un peu trop à la pratique des témoins de Jéhovah et d’autres mouvements que j’avais rencontré et qui ne correspondait pas à mes aspirations profondes. De toute façon je n’ai jamais été d’accord pour rejoindre un groupe. Ma croyance personnelle penche vers une recherche spirituelle personnelle sans aucune adhésion à aucun mouvement quel qu’il soit cependant je ne juge pas les gens qui font partie d’un groupe. Il existe des groupes sérieux. Je pense qu’il est inutile de tenter de mettre sur la voie de l’ascétisme tous les individus que l’on rencontre. Le jour où une âme est prête pour un travail spirituel elle débute d’elle-même. La démarche est plus forte lorsqu’elle provient de soi. Le Bouddhisme dans son sens large est cependant la philosophie auquel je me sens le plus proche par les concepts et les idées qu’elle véhicule.

Le Bouddhisme orthodoxe pratiqué en Europe n’est qu’une infime ramification du Bouddhisme tel qu’il a été conçu par Bouddha.  Le bouddhisme fut révélé par un prince qui à force de travail et de méditation découvrit les secrets de la vie. Sakyamuni vécut dans un palais jusqu’à l’âge de vingt ans. C’était un prince destiné à remplacer un jour son père pour devenir le puissant héritier du royaume.

Ses parents lui interdirent de franchir l’enceinte du palais évoquant qu’il n’y trouverait que ruine et désolation. Il se demandait ce qu’il  pouvait bien y avoir véritablement derrière les murs. Il sentait dans son cœur qu’on lui cachait la vérité.

Une nuit, il décidait de franchir l’enceinte du palais à l’insu des siens. En traversant un village il entendit des cris épouvantables dans une maison. Il entrait sans hésitation dans la demeure et vit une femme qui mettait un enfant au monde. Plus loin dans une ruelle il croisait un homme boitant et marchant lourdement en ayant l’air de souffrir de maux mystérieux. Il vit encore un vieillard qui avançait péniblement en s’aidant d’une canne. Plus tard dans la nuit il fut le témoin d’une cérémonie funèbre. Un corps inerte étendu sur un lit de branchages était offert aux flammes purificatrices.

C’est ainsi que pour la première fois de son existence il découvrit les quatre aspects fondamentaux et inévitables de la vie d’un être humain sur terre : La naissance, la maladie, la vieillesse et la mort. Il s’assit près d’un grand chêne plusieurs fois centenaire et se demanda pourquoi un homme doit connaître toutes ces vicissitudes sur terre.  Il comprit que sa voie était de trouver des réponses à ces questions. Il quittait sa femme, son fils et toute sa famille. C’est ainsi que Sakyamuni, appelé également Gautam, partit sur le chemin de la recherche de la vérité. Lorsqu’il la trouva, on l’appela Siddhartha le  Bouddha, l’être réalisé, l’être éveillé. Il parvint à la réalisation  suprême et comprit le sens de notre venu sur terre. Lorsqu’il accéda à la vérité suprême, il connut l’illumination. C’est est une expérience de béatitude et de félicité, appelé également Nirvana vécut par celui qui a réussi à se placé en harmonie parfaite  avec l’univers et tout ce qu’il contient.

Le bouddhisme est une philosophie et une doctrine d’une grande tolérance permettant à chacun d’en accepter les fondements tout en préservant les croyances de sa propre religion. Bouddha révéla à ses disciples, le fruit des découvertes qu’il fit lors de ses nombreuses expériences initiatiques. Il enseigna à ses disciples :

La loi de causalité et de rétribution :

 Chaque action entraîne une réaction, c’est la causalité. Chaque expérience que nous vivons sur terre, est une rétribution qui nous est donné selon cette loi de causalité. Si vous plantez une graine dans la terre, la rétribution sera un arbre. Sur le plan de la Créativité Supérieure vous êtes responsable de la naissance de cet arbre.  Si cet arbre est en harmonie avec ce qui l’entoure, si sa fonction est bénéfique et qu’elle ne nuit pas d’une façon ou d’un autre à l’environnement, alors vous avez planté une bonne cause. La rétribution vous garantit de bénéficier un jour des conséquences de votre action bienfaisante. C’est bien plus subtil qu’un simple remerciement de la vie suivi d’une récompense. C’est une loi immuable qui gouverne la vie depuis son commencement.

Elle est régit par une autre loi, celle de la polarité. Les pensées de même nature s’attirent. Les êtres qui développent des pensées de nature a élevé le niveau de tout ce qui les entourent, se retrouvent dans des lieux, entourés de gens où il y a des miracles à accomplir.  Sachant que la loi de causalité influe sur notre destinée, nous pouvons comprendre qu’il suffit de s ‘appliquer à créer des causes positives dès le présent pour en récolter les fruits pour le futur. Bien sûr, les questions nous venant à l’esprit sont : qu’est-ce qu’une cause positive ? Y a-t-il une différence dans la rétribution lorsqu’une action discordante est intentionnellement provoquée ?

Selon la philosophie bouddhique, curieusement, il n’y a pas de différence.  Si vous roulez sur une route de campagne en provoquant une collision avec un animal, que vous ayez foncés dessus sciemment ou que ce soit un accident, sur le plan non manifesté, vous êtes responsable de la même façon.  Pour les humains cela peut paraître difficile à accepter. Sur le plan de la loi universelle, vous êtes responsable de chacun de vos actes.  Si nous avons provoqué un accident, c’est qu’à l’origine nous avons vécu des événements et planté des causes qui nous ont amené à vivre cette expérience dont nous devons subir les conséquences à tous les degrés de la Créativité. Il existe dans l’hindouisme une discipline qui est appelé le Raja Yoga (Yoga de la connaissance) qui apporte à l’être humain, la consécration et la réalisation de la forme et de l’esprit en tentant de se connecter à la source de toutes les vérités.

L’être humain dont les pensées, les paroles et les actions sont justes, est en harmonie avec tous ce qui l’entoure.  Il ne peut pas se retrouver dans une situation où il est susceptible de mettre une vie en péril. Cette façon de voir les choses dans l’esprit des occidentaux peut paraître ridicule, néanmoins, il suffit d’y réfléchir quelque peu pour s’apercevoir que cela appelle une conscience en nous qui quelque sait de quoi il s’agit. Il existe une autre forme de yoga (Bhakti Yoga, yoga de la dévotion) qui consiste à ne vivre que pour l’esprit du sacrifice.  Il faut penser à chaque instant à ce qui pourrait être utile aux autres. Selon le Bhakti Yoga en se dévouant sincèrement aux autres, nous purifions naturellement notre karma et participons au processus de purification de notre planète.

Il y a le Karmayoga (Le yoga de l’action), qui consiste à être toujours dans le mouvement. L’univers est en mouvement constant.  Selon cette pratique, il faut être dans le sens du cheminement des étoiles pour trouver notre voie et la paix.

Avant qu’il ne parvienne au Nirvana, bouddha vécut des expériences éprouvantes. Il rencontra toutes sortes d’ascètes à la recherche eux aussi de la Vérité. Certains sont convaincus que la souffrance provient des désirs, alors il suffit de les annihiler pour que cesse la souffrance.  C’est ainsi qu’il passa des années dans des temples, ashrams et  monastères pour tenter de détruire les désirs qui vivaient en lui. Il sentit que ce n’était pas son cheminement et reprit sa route. Il rencontra d’autres disciples, des yogis et des fakirs. Ceux-là, pensent que nous devons endurer une certaine quantité de souffrance dans cette vie et les autres afin de ne plus revenir sur terre et être assujettie à la roue du Sam Sara, la réincarnation. Ils s’infligent donc des souffrances et des sévices corporels qui dépassent l’entendement :

La voie du juste milieu :

Alors qu’il était pensif, contemplant les eaux d’une rivière assis près d’un figuier, il vit un insecte dans une situation très délicate. Il s’était pris au piège sur une feuille flottant sur les eaux de cette rivière. Le petit insecte sur sa feuille, subissait les remous des écumes qui tantôt risquait de le fracasser d’un côté de la berge, tantôt de l’autre. Il s’aperçut que le seul endroit où l’animal était en sûreté était le centre de la rivière. C’est ainsi qu’il découvrit la voie du milieu.

Les enseignements du maître aux disciples durant les siècles qui suivirent, donnèrent naissances à la ramification de l’enseignement initial qui était transmis et perçu de différentes façons selon la culture ainsi que le degré de pureté et de compréhension des disciples.  Dans le bouddhisme orthodoxe de Nichiren Dashonin, il est dit dans une prière que l’enseignement de bouddha fut transmis par les patriarches aux autres patriarches, telle l’eau versée d’un récipient vers un autre. Seulement, si vous versez de l’eau de n’importe quel récipient vers un autre il est impossible que l’intégralité du liquide se déverse dans l’autre récipient puisqu’il restera au moins quelques gouttes.

Ce sont celles-ci qui les unes après les autres, au fil des siècles, ont transformé l’enseignement initial du maître en une multitude d’écoles. Les deux principales étant la doctrine primitive, ou Theravada, dite encore Hinayana ou «Petit Véhicule», et le Mahayana ou «Grand Véhicule. Les différentes écoles déferlèrent dans toute l’Asie et jusqu’au japon.

Bouddha comprit que l’homme est relié au cosmos et à la terre par des liens subtils et invisibles. Il ferma les yeux et par l’exercice de la méditation  il contempla la nature intérieure qui résidait en lui. Il enseigna que chacun sur terre a pour mission, de faire jaillir l’état de bouddha qui vit en lui. L’être humain est habité par d’autres états qu’il nous faut vaincre et maîtriser. Selon Bouddha, seule la pratique de la méditation peut nous permettre de reprendre contact avec notre véritable nature. Dans les temples, sa statue en posture du lotus honore sa mémoire et sa sagesse.

La position du lotus est une clé dans le Yoga (Yoga : unir et atteler le corps et l’esprit) où le corps est parfaitement assis le dos bien droit afin d’aligner les sept centres ou chakras (de haut en bas Brahmarandra, Ajna, Vishudha, Ana Hâta, Manipura, Swadistana, Mulhadara).

Chacun de ces sept centres est relié avec l’une des sept planètes majeures du système solaire. Chaque jour, un astre influe de façon déterminante sur notre destinée à moins d’en prendre le contrôle. Les propriétés des autres planètes restent à élucider …/ à suivre

Laisser un commentaire